Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

le ministre des Finances l’a déclaré hier à l’apn

“4 départs à la retraite sur 5 ne seront pas remplacés”

Le ministre des Finances, Mohamed Loukal (deuxième à partir de la gauche), hier, devant la commission des finances et du budget de l’APN. © APS.

Mathématiquement, les départs à la retraite entraîneront de facto la hausse des engagements  de la Caisse nationale des retraites.

En 2020, quatre départs à la retraite sur cinq ne seront pas remplacés, a indiqué, hier, le ministre des Finances, Mohamed Loukal, lors de la présentation du projet de loi de finances 2020 en commission des finances et du budget de l’APN. “Seul un retraité sur cinq sera remplacé, exception faite de certains secteurs stratégiques”, a affirmé le ministre des Finances. Dit autrement, sur cinq départs à la retraite, quatre postes budgétaires seront supprimés dans la fonction publique, ce qui pourrait entraîner une hausse du taux de chômage, alors que la fonction publique était jusqu’ici un réservoir important pour les demandeurs d’emploi issus essentiellement des universités. 

En revanche, le ministre a annoncé à la même occasion l’ouverture de 33 179 nouveaux postes budgétaires courant 2020, nécessaires au fonctionnement des infrastructures de santé et de l’éducation, nouvellement mises sur pied. Cela entraînerait une hausse de 14 milliards de dinars de la masse salariale en 2020, malgré les mesures d’austérité clairement assumées, et qui se traduisent, en partie, par la non-substitution des départs à la retraite par l’ouverture de nouveaux postes budgétaires.

Mathématiquement, les départs à la retraite entraîneront de facto la hausse des engagements de la Caisse nationale des retraites (CNR), lourdement pénalisée par les départs massifs de ces dernières années, alors que le marché de l’emploi pâtissait d’un recul net de l’investissement dans le privé et de l’arrêt des embauches dans la fonction publique, exception faite des deux secteurs de la santé et de l’éducation ayant souffert le plus de la hausse des départs à la retraite de ces dernières années.

À ce rythme, alors que quatre départs à la retraite ne sont pas remplacés, l’on s’attend à ce que les difficultés de la CNR s’aggravent, alors que la trésorerie de la Caisse souffre d’un déficit structurel depuis maintenant plusieurs années. Elle devrait clôturer l’exercice en cours avec un déficit supérieur à 600 milliards de dinars.

La Caisse nationale des retraites a connu, ces dernières années, un déficit croissant, passant de 155,1 milliards de dinars, en 2014, à 336,8 milliards, en 2016, et à plus de 479,1 milliards en 2017. Ce déficit provient essentiellement de la hausse du nombre de retraités, alors que celui des cotisants reste constant. Celui-ci pourrait, néanmoins, baisser avec le trou d’air que traverse l’activité économique et la suspension des embauches dans la fonction publique.

En termes plus clairs, une hausse du taux de chômage entraînera de facto la baisse de l’assiette des cotisants à la CNR, alors que son équilibre financier nécessite 5 cotisants pour 1 retraité, contre 2 cotisants pour 1 retraité actuellement. La dette de la CNR de l’exercice 2018, d’un montant de 500 milliards de dinars, a été couverte grâce à l’apport en argent frais. En revanche, le budget des transferts sociaux au titre de l'exercice 2020 a prévu 290 milliards de dinars de soutien aux retraites, auxquels s'ajoute une dotation d'appui de 500 milliards de dinars à la Caisse nationale des retraites (CNR).

Cependant, les difficultés financières de la CNR risquent de s’aggraver à l’avenir si les prévisions de hausse du taux de chômage venaient à se confirmer. Le FMI table sur un rebond à 13,3% en 2020 qui toucherait essentiellement les jeunes catégories parmi les demandeurs d’emplois. Au plan microéconomique, des pans entiers de l’économie, à l’instar du BTPH, risquent de vaciller sous l’effet de la baisse de 20,1% des dépenses d’investissements prévue pour 2020.  
 

Ali Titouche

 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER