Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Au lendemain de la prestation de serment d’Abdelmadjid Tebboune

[Actualisé] 44e vendredi : Les manifestants dénoncent une « absence de légitimité »

Photo : Imène Amokrane

Une semaine après le scrutin présidentiel et au lendemain de la prestation de serment du nouveau Président Abdelmadjid Tebboune, les manifestants ont, ce vendredi, et pour la 44e fois consécutive, investi les rues d’Alger pour maintenir leur revendication principale « le départ de tout le système ».

Les premiers rassemblements ont commencé peu avant midi, à hauteur de la rue Didouche Mourad, où des dizaines de manifestants ont scandé « y’en a marre des généraux » et « makach el char3ia (il n’y a pas de légitimité) », en référence aux résultats d’un scrutin présidentiel largement rejeté par le peuple.

A 13h, la rue Didouche Mourad commençait à devenir noire de monde, alors qu'un important groupe de manifestants se constituait à la Grande Poste. 

Mais à partir de 14h, c'était carrément la marée humaine. Des milliers de manifestants empruntaient la rue Hassiba Ben Bouali pour rejoindre la Grande Poste. Au même moment, des milliers d'autres manifestants affluaient de la Casbah et Bab El Oued en passant par la rue Asselah Hocine. 

A 15h donc, le centre de la capitale était archicomble de manifestants, et la même mobilisation s'est poursuivie jusqu'à 17h.  

Alors que le mouvement populaire du 22 février boucle son 10e mois, les manifestants campent sur leurs positions, à savoir « la primauté du pouvoir civil sur le militaire », « le changement du système maintenu en place », et appellent à « la libération des détenus d’opinion ».

 

Sihem Benmalek


ARTICLES CONNEXES

  • Grandiose marche à l’occasion de la commémoration du 16 février 2019
    Kherrata, une convergence et des messages

    Les algériens ont célébré avec faste le premier anniversaire du mouvement populaire à Kherrata, à une soixantaine de Km au sud-ouest de Bejaia, où la grande contestation contre le cinquième mandat a commencé il y a une année, le 16 février 2019.

  • 52e vendredi à Alger
    L’hommage de la rue au procureur adjoint Mohamed Belhadi

    Les algérois ont manifesté par milliers pour le 52e vendredi consécutif, appelant à un «changement profond du système», comme l’exprimaient les différentes pancartes et banderoles portées le long de la marche, dans les rues du centre de la capitale.

  • Les étudiants l’ont réitéré lors de la 50e manifestation à Alger
    "Libérez les détenus"

    Pour la 50e semaine consécutive, les étudiants ont marché ce mardi depuis la place des Martyrs à Alger, pour clamer "dawla madania, (État civil)".


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER