Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Nouvelles révélations de “la Tribune de Genève”

Bouteflika hospitalisé sous une fausse identité


Au moment même où Ahmed Gaïd Salah, chef d’état-major, vice-ministre de la Défense, évoque l’application de l’article 102 pour écarter le président de la République, le journal suisse La Tribune de Genève en rajoute une couche avec de nouvelles révélations sur l’état de santé et l’hospitalisation de Bouteflika dans les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) du 24 février au 10 mars dernier. Il a affirmé que “le président Bouteflika a été hospitalisé aux HUG sous un pseudonyme et une fausse date de naissance : celle du jour de l’indépendance de l’Algérie”. Une pratique intrigante qui vient, encore une fois, attester du secret entretenu jusque-là sur l’état de santé de Bouteflika par son entourage.
Le journal genevois est pourtant catégorique : “Abdelaziz Bouteflika était hospitalisé aux HUG sous un pseudonyme et sous une fausse date de naissance, selon une note de suivi du corps médical que nous avons pu consulter”, écrit le journal, précisant que “le président algérien s’appelle Abdelmadjid Aïssa et qu’il est né le 5 juillet 1938, ce qui lui aurait fait 80 ans (or il a eu 82 ans le 2 mars)”.
Il ajoute que “la note de suivi des HUG fait état d’une infection respiratoire, d’origine pulmonaire, qui nécessite la pose d’une ventilation non invasive (VNI), autrement dit d’un masque pour améliorer l’oxygénation du patient”. Le journal a révélé, par ailleurs, qu’“Abdelaziz Bouteflika est venu à Genève avec quatre médecins algériens, dont un cardiologue, un anesthésiste et un interniste, qui font office d’interprètes et qui parlent souvent à sa place car le Président est atteint d’aphasie”. Bien plus que cela, La Tribune de Genève fera remarquer qu’“une déclaration en son nom lue à la télévision algérienne a confirmé sa candidature pour la présidentielle du 18 avril alors qu’il était dans un état critique”. Le journal, rappelons-le, n’est pas à sa première révélation sur la santé de Bouteflika. Il avait déjà percé le secret, le 6 mars dernier, en affirmant que “Bouteflika est sous menace vitale permanente” et “souffre de problèmes neurologiques et respiratoires”. Il a même parlé d’“un état de santé précaire nécessitant des soins constants”. L’entourage du Président a carrément minimisé ces fuites en évoquant “de simples contrôles périodiques”.


Nabila SaÏdoun



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER