Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Commémoration du nouvel an Amazigh à Tamanrasset

Dans une ambiance de convivialité

Le nouvel an amazigh célébré par les Berbères du Grand Sud. © Rabah Kareche/Liberté

Tamanrasset a  célébré, hier, le  nouvel  an  amazigh dans  une  ambiance de convivialité à nulle autre pareille. Le premier jour de Yennayer, symbolisant le présage d'une année agraire féconde, a été commémoré comme chaque année, à la Maison de la culture de la ville de Tin Hinan, avec un programme riche en activités.

En  effet, le hall  de  cette infrastructure culturelle a  été bien  animé  par  des expositions de livres d’expression amazighe et des prises de vue montrant la valeur patrimoniale de cette région abritant l’un des plus grands musées à ciel ouvert au monde. D’après les organisateurs, la célébration de cette journée permet non seulement de perpétuer les traditions berbères, mais elle offre aussi l’opportunité de rendre hommage à tous ceux qui ont beaucoup sacrifié pour préserver cette culture.

En  coordination  avec  nombre  d’établissements  publics  et  d’associations culturelles de la région, Yennayer 2970 a été célébré, comme à l’accoutumée, avec une variété de repas montrant la richesse culinaire de cette wilaya. L’exposition  présentée  par les participants  du  centre de  formation  et d’enseignement professionnels Ibn-Rochd a permis de s’imprégner encore davantage de la culture de la région en découvrant des ingrédients différents et des mets que l’on a préparés pour l'occasion.

Un buffet, comportant plusieurs repas traditionnels, a été mis à la disposition des invités et du public présent. Des danses et chants populaires et des résonances ancestrales ont également été au menu de cette mémorable journée, agrémentée d’un défilé de troupes folkloriques et de baroud qui ont suscité l’engouement du public. Les animations ont également été jalonnées par un défilé de mode et des intermèdes permettant de mettre en relief l’interposition des traditions kabyle, targuie, chaouie et chenouie. 

La surprise a été, faut-il le signaler, la participation des troupes musicales à fort ancrage local. Selon le représentant de la Direction sociale et de solidarité, Fethi Bougumouza, 15 machines à coudre professionnelles ont été distribuées à des femmes dans le cadre du programme de lutte contre la pauvreté lancé en faveur des couches sociales vulnérables. 
 

RABAH KARECHE



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER