Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

En attendant l’ouverture de nouvelles structures

Des patients Covid-19 ne trouvent pas de lits à Batna

© D. R.

La propagation vertigineuse de la Covid-19 à travers le territoire de la wilaya de Batna inquiète depuis quelques jours les responsables du secteur et les praticiens. Le nombre de cas annoncés par le porte-parole de la commission de suivi de la pandémie, le Dr Djamel Fourar avait fait état de 30 nouveaux cas en une seule journée dans la wilaya.

Avec un cumul de plus de 800 personnes contaminées, une quarantaine de décès depuis le mois de mars et une moyenne de 5 à 8 décès ces derniers jours, les responsables ont déclenché l’alerte au niveau de la wilaya. En effet, les responsables et les praticiens mettent les bouchées doubles pour atténuer un tant soit  peu la souffrance des patients qui ne trouvent pas de lits et qui sont souvent renvoyés chez eux.

“L’objectif est non seulement d’ouvrir de nouvelles structures, mais également d’assurer une assistance médicale spécialisée adéquate, notamment pour les personnes souffrant d’une détresse respiratoire, afin de diminuer le nombre de décès”, nous dira le Pr Nora Righi, médecin chef de service des maladies infectieuses de l’EPH de Batna (ex-Sanatorium) et membre de la Commission de santé au niveau de l’Assemblée populaire nationale (APN).

Notre interlocutrice a tenu à indiquer que l’existence de deux laboratoires pour la PCR a beaucoup aidé les praticiens quant à la prise en charge rapide des patients. Cependant, cette dernière est compromise par le manque de lits de réanimation, voire de respirateurs.

Selon le Pr Nora Righi, la wilaya compte seulement 25 lits de réanimation dont 15 au chef-lieu de wilaya et 10 autres répartis à travers les établissements publics hospitaliers d’Arris, d’Aïn Touta, de Ngaoues et de Merouana, cependant, l’utilisation d’un système de ventilation 3D a beaucoup aidé les réanimateurs à soulager les patients qui ne trouvent pas de lits en réanimation.

Pour parer à ce manque flagrant, pas moins de trente masques de plongée sont utilisés pour la respiration artificielle dans les unités Covid-19, afin d’éviter d’en arriver à la ventilation mécanique. “Nous devons beaucoup aux associations et aux bienfaiteurs de la wilaya qui n’ont ménagé aucun effort pour aider les malades de la wilaya et des wilayas limitrophes.

C’est grâce aux membres de l’association Récifs (Recherche, information et formation aquatique), que des masques de la marque Décathlon ont été développés pour aider les malades en détresse à mieux respirer. Ils ont donné de très bons résultats”, nous dira le Pr Righi qui a souligné que les autorités de la wilaya planifient déjà une fin de la pandémie en dépistant davantage les contacts des 48 dernières heures de chaque patient confirmé positif par la PCR.

Après la saturation de l’EPH du chef-lieu de wilaya dont les services des maladies infectieuses et le service de pneumo-phtisiologie d’une capacité de 60 lits chacun, ainsi que 26 lits d’isolement et qui sont dédiés exclusivement au coronavirus, l’on parle d’une éventuelle ouverture de nouveaux pavillons aux urgences médico-chirurgicales de l’EHS Bouzourane d’une capacité de pas moins de 120 lits. Il n’est pas écarté aussi de recourir à l’utilisation de structures extra-muros.
 

FAOUZI SENOUSSAOUI


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER