Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Faux comptes et intoxication médiatique sur les réseaux sociaux

La dénonciation sélective de la Présidence

© D. R.

La Direction de la presse et de la communication de la présidence de la République a réagi à de faux profils créés sur  les  réseaux sociaux  et attribués, principalement, au chef de l’État, Abdelmadjid Tebboune. Dans son communiqué, la Présidence a averti les auteurs “des poursuites judiciaires”, appelant, à l’occasion, “à la vigilance contre de tels comptes fictifs qui dupent l'opinion publique et nuisent aux hauts responsables de l'État”.

La réaction  de  cette direction  est légitime.  Elle  l’est  d’autant  plus  que  la création  de  faux profils  et  la propagation  de  fausses  informations  sur  les réseaux sociaux deviennent incontrôlables, douteuses et dangereuses.

Cette activité suspecte relève de la cybercriminalité punie par la loi. Sauf que cette sortie de la Direction de la communication de la Présidence n’est pas totalement exempte de reproches.  Ainsi, la première institution de l’État n’a réagi que quand le délit “d’usurpation de  l’identité”  a  attenté  à  la personne  du  chef  de  l’État  ou  à  d’autres responsables.

La présidence  de la  République,  en tant qu’institution suprême de l’État, devait réagir plus tôt à cette activité sur les réseaux sociaux, via d’autres institutions, notamment judiciaire et sécuritaire, pour mettre fin à ces dérives. Rien de tout cela. Les institutions de la République, y compris les services de sécurité, sont restés de marbre devant une blogosphère nationale animée exclusivement par un discours raciste, xénophobe et haineux.

Invectives, insultes  et désinformation   inspirent et guident  la Toile  depuis, notamment,  les premières  semaines du soulèvement de la rue.  Ce même discours haineux a même été relayé par la télévision publique à plusieurs reprises, lorsqu’elle a laissé libre cours à des intervenants qui ont traité les citoyens de Kabylie de “zouaves”. La chaîne publique a traité le moudjahid Lakhdar Bouregâa de faux maquisard qui a usurpé l’identité d’un martyr de la Révolution.

Cela sans évoquer le black-out total sur les manifestations hebdomadaires de rue. Les mêmes institutions, censées appliquer la loi, n’ont pas bougé le petit doigt devant  les  messages  de  haine, d’animosité  et  d’agressivité d’une députée, cheffe d’un parti politique agréé. Aucune réaction n’a été enregistrée contre des pages Facebook où des figures de la mobilisation citoyenne ont été insultées et invectivées.

Cependant,  plusieurs jeunes  manifestants  ont été arrêtés et écroués pour avoir partagé ou diffusé des messages sur les réseaux sociaux en faveur du soulèvement de la rue. Ce deux poids, deux mesures  dont font preuve les institutions de l’État, notamment celles censées combattre le fléau de la cybercriminalité, ne peut être toléré indéfiniment. 
 

Mohamed Mouloudj



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER