Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Perspectives du marché pétrolier d’ici à 2040

L’AIE prévoit un ralentissement de la croissance dès 2025


L’Agence internationale de l’énergie (AIE) prévoit un ralentissement de la croissance de la demande mondiale de pétrole après 2025, mais il est peu probable que celle-ci atteigne un pic dans les deux prochaines décennies. Dans son rapport annuel sur les perspectives de marché d’ici à 2040, publié hier, l’AIE, qui conseille les gouvernements occidentaux en matière de politique énergétique, a indiqué que la demande mondiale de pétrole devrait croître de 1 million de barils par jour (bpj) en moyenne jusqu’en 2025, mais devrait ralentir au-delà.

La croissance de la demande progressera alors annuellement de 0,1 million de bpj en moyenne dans les années 2030. “Il y aura un ralentissement substantiel après 2025, mais cela ne mènera pas à un pic définitif de la consommation de pétrole”, note l’AIE, qui souligne la demande accrue du transport routier de marchandises, de l’aviation et du secteur pétrochimique. D’ailleurs, l’agence anticipe un pic de la demande pour le transport routier à la fin des années 2020, du fait de l’évolution du parc automobile.

En revanche, l’AIE dit s’attendre à ce que les véhicules électriques réduisent la demande mondiale de 4 millions de bpj contre un impact estimé à 3,3 millions de bpj dans son rapport de 2018. L’agence estime qu’il y aura environ 330 millions de véhicules électriques sur les routes d’ici à 2040, une prévision en hausse par rapport à celle de l’an dernier (300 millions). D’après l’AIE, l’essentiel de la croissance de la production sera réalisé par les États-Unis, qui sont déjà l’actuel premier producteur mondial, l’Irak et le Brésil.

La production de schiste des États-Unis devrait rester supérieure plus longtemps que prévu, transformant ainsi les marchés mondiaux, les flux commerciaux et la sécurité. Pour l’AIE, la croissance annuelle de la production américaine va ralentir par rapport au rythme effréné de ces dernières années, mais les États-Unis représenteront toujours 85% de l’augmentation de la production mondiale de pétrole jusqu’en 2030 et 30% de l’augmentation de la consommation de gaz.

D’ici à 2025, la production totale de schiste américain (pétrole et gaz) dépassera la production totale de pétrole et de gaz de Russie. La production américaine progresserait de 35% d’ici à 2025, frôlant les 21 millions de barils. À cette date, les États-Unis seraient non seulement le premier producteur mondial, mais aussi le premier exportateur, devant l’Arabie saoudite, prévoit l’AIE.

L’augmentation de la production aux États-Unis a pour effet de réduire la part des membres de l’Opep et de la Russie dans la production totale de pétrole, qui tombera à 47% en 2030, contre 55% au milieu des années 2000. La part de l’Opep dans la production mondiale de brut va tomber à 36% en 2025, au plus bas depuis la fin des années 1980. La part de l’Opep était encore de 43% il y a dix ans. Mais quelle que soit la voie empruntée par le système énergétique, le monde dépendra fortement de l’approvisionnement en pétrole du Moyen-Orient pour les années à venir, ajoute le rapport de l’AIE. 

 

Saïd Smati



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER