Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Moyen-Orient et Afrique du Nord

Le FMI prévoit une “forte baisse” de la croissance

© D. R.

Le Fonds monétaire  international  a  exhorté  les  gouvernements  de  la région à mettre rapidement en place des plans de sauvetage afin d'éviter une  récession  prolongée,  une  hausse  du  chômage  et  des  faillites d'entreprises.

La région  Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena) devrait connaître une “forte baisse”  de sa croissance  économique  cette  année, plombée  par  la  double pénalité, celle du nouveau coronavirus conjuguée à la faiblesse des prix du pétrole, a indiqué, hier, le Fonds monétaire international (FMI).

La  pandémie  de  Covid-19  a  provoqué  un  ralentissement  de  l'activité économique mondiale mais aussi  une  baisse  de  la  demande  de  pétrole,  dont  de  nombreuses économies de la région dépendent fortement. “La région  va  probablement  connaître une forte  baisse de  croissance cette année”, a déclaré le directeur régional du FMI pour  le Moyen-Orient  et  l'Asie centrale, Jihad Azour, dans un rapport. 

L'organisation basée à Washington a exhorté les gouvernements de la région à mettre rapidement en place des plans de sauvetage afin d'éviter une récession prolongée, une hausse du chômage et des faillites d'entreprises. M. Azour a indiqué qu'une dizaine de pays de la région — sans préciser lesquels — avaient déjà approché le FMI pour obtenir un soutien financier, ajoutant que l'institution se prononcerait sur ces demandes “dans les prochains jours”. 

Avant la crise du coronavirus, le Fonds avait déjà considérablement réduit ses projections de croissance pour la région Mena en raison de la faiblesse des prix du pétrole, des  troubles  politiques  dans  certains  pays  ou  encore des sanctions américaines contre l'Iran.

Ces dernières années, la croissance annuelle dans la région a oscillé autour de 1% en moyenne. Mais “la pandémie du nouveau coronavirus est devenue le plus grand défi à court terme pour la région”, a-t-il déclaré, avec le choc supplémentaire de la baisse de 50% des cours du pétrole depuis le début de la crise, également alimentée par une guerre des prix  entre l'Arabie saoudite et la Russie.

Les restrictions de voyage  ont  réduit  la  demande  mondiale  de  pétrole  et l'absence d'un nouvel accord de production entre les membres de l'Opep+ a entraîné une surabondance de l'offre.

La baisse des recettes d'exportation  affaiblira  les  positions  extérieures  et exercera des pressions sur les budgets publics, ce qui se répercutera sur le reste de l'économie. La pandémie nuit à des secteurs clés comme le tourisme, l'hôtellerie et le commerce, ce qui pourrait entraîner une hausse du chômage et des réductions de salaires, a ajouté M. Azour. 

Au-delà de ses effets sur la  santé  humaine,  la  pandémie  de  coronavirus provoque d'importants bouleversements économiques dans la région : une baisse de la demande intérieure et extérieure, une réduction des échanges, une interruption de la production, une baisse de la confiance des consommateurs et un resserrement des conditions financières.

Ces chocs simultanés devraient porter un coup sévère à l'activité économique dans la  région,  au  moins  au  premier  semestre  de  cette année,  avec  des conséquences potentiellement durables, estime Jihad Azour.

En  janvier dernier, le  FMI  s’est montré,  déjà,  moins  optimiste.  Il  évoquait une activité  économique  moins  vigoureuse  que prévu dans quelques  pays émergents.  Avec  la  pandémie  de  coronavirus, le  FMI  a  prévenu  que  la récession   mondiale pourrait  être  pire  cette  année  que  pendant  la  crise financière de 2008.
 

Meziane RABHI



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER