Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Perspective d’un accord sur le brexit et trêve entre la Chine et les USA

Le marché pétrolier rassuré

Quand les cours du pétrole s’adossent aux conjonctures internationales. © D. R.

Les prix du pétrole signent un plus haut niveau depuis septembre, atteignant 65,79 dollars pour le Brent et 60,48 dollars pour le WTI. 

Le marché pétrolier a été hier comme rassuré par les annonces d'un prochain accord commercial sino-américain et des données économiques chinoises qui ont surpassé les attentes. Les cours du brut ont atteint dans la journée d’hier des plus hauts depuis  septembre. Vers 18h, heure algérienne , le baril de Brent de la mer du  Nord pour livraison  en février valait 65 ,44 dollars  à Londres, grappillant 0,34% par rapport à la clôture de vendredi.  À New York, le baril américain de WTI pour janvier gagnait  0,18%  à 60,09 dollars.

Les prix  restent  proches  de leurs records de vendredi dernier : en atteignant respectivement 65,79 dollars et 60,48 dollars le baril en cours de séance, les cours du Brent et du WTI avaient grimpé à des niveaux inédits depuis le mois de septembre. Le pétrole grimpe propulsé par des vents favorables, dont l’annonce d’un accord préliminaire entre Pékin et Washington après plusieurs mois de tensions. Mais pas seulement.

La perspective d’un brexit ordonné a contribué également à la reprise des cours du brut. Ainsi, les grands risques pesant sur l’économie mondiale ont été comme remisés au second plan après l’annonce d’un accord entre les États-Unis et la Chine et la victoire de  Boris Johnson aux  législatives.  Le président américain, Donald Trump, a indiqué, hier, dans un tweet, que les États-Unis renonçaient à imposer dimanche une nouvelle salve de tarifs douaniers sur quelque 160 milliards de dollars de biens chinois  après la conclusion de l'accord avec Pékin.

Les deux puissances économiques mondiales se livraient depuis maintenant plusieurs mois une guerre commerciale sans précédent, suscitant de grosses inquiétudes chez les investisseurs, alors que le marché pétrolier s’enfonçait dans le rouge, faute d’indicateurs rassurant   quant  à  l’issue de ce différend commercial opposant Pékin à Washington.

Le renoncement  des  États-Unis  à  imposer  une nouvelle salve de tarifs douaniers et  la  décision  de  la  Chine de suspendre des taxes douanières supplémentaires sur des produits américains ont contribué  à  rassurer  le marché et les investisseurs, alors que la publication de nouvelles données économiques chinoises ont permis de soutenir les prix, atteignant des plus hauts depuis septembre.

La production industrielle chinoise s'est affichée en novembre en hausse de 6,2% sur un an, contre +4,7% en octobre. Il s'agit de son plus haut niveau en six mois. Par ailleurs, la victoire annoncée du fervent défenseur du brexit a ouvert la voie d’un accord sans encombre avec l’Union européenne.

L’exploit de Boris Johnson aux législatives britanniques permettrait de réaliser le Brexit d'ici à fin janvier et d’apporter un bol d'air à la cinquième économie mondiale, même si les négociations sur la future relation commerciale avec l'UE restent à mener.

Ce scénario, combiné à la trêve annoncée dans le différend sino-américain, encourage les perspectives d'une demande de pétrole plus soutenue à moyen terme, alors que l’offre provenant notamment de l’Opep connaît une tendance baissière depuis plusieurs semaines déjà. 

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole, qui vient de décider de nouvelles baisses de sa production à l’issue de sa réunion avec ses alliés non-Opep, a pompé un peu moins de brut le mois dernier, avec un effort particulier de l'Arabie saoudite. 

La production de brut totale du cartel a reculé de 193 000 barils par jour en novembre par rapport au mois précédent, pour atteindre 29,551 millions de barils par jour (mbj), selon des sources secondaires (indirectes) citées par l'Opep dans son rapport mensuel sur le pétrole.

L’Organisation prévoit un retour à l’équilibre du marché en 2020, alors que l’Agence internationale de l’énergie table sur une hausse des excédents l’année prochaine conséquemment à la baisse de la demande et aux perspectives d’un ralentissement de l’économie mondiale. 

 

Ali T.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER