Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Submergés par les réseaux sociaux

Les Algériens ne distinguent plus les fake news de la vérité

© Archives Liberté

Depuis deux jours, une hystérie numérique s’est emparée des internautes ainsi que de certains médias qui tentent de propager des messages à même de troubler les esprits.La Toile est inondée d’informations difficilement vérifiables, souvent fantaisistes. Des personnes citées ou des institutions ont été contraintes de réagir et de démentir les informations les concernant. Les informations fausses (fake news) ou du moins invérifiables, prolifèrent sur les réseaux sociaux au point de donner le tournis aux Algériens à l’affût de la moindre évolution des événements qui semblent se précipiter notamment après le discours de samedi de Gaïd Salah, le chef d’état-major de l’ANP et vice-ministre de la Défense. Ce dernier, pour rappel, a réclamé, avant-hier, le départ du président Bouteflika en invoquant l’application des articles 7, 8 et 102 de la Constitution sur un ton qui ne souffre aucune équivoque quant aux intentions du patron de l’ANP comme on peut le relever dans le dernier paragraphe du communiqué du ministère de la Défense. “Toutes les propositions découlant de ces réunions suspectes qui vont à l’encontre de la légalité constitutionnelle ou portent atteinte à l’ANP qui demeure une ligne rouge sont totalement inacceptables et auxquelles l’ANP fera face par tous les moyens.” Des allusions qui n’ont pas échappé aux internautes qui ont vite fait de poster des commentaires entre ceux qui applaudissent cette voie et d’autres qui la rejettent. Mais il est clair qu’il y a eu comme un flottement, en guise de moment de réflexion, qui n’a pas duré longtemps, vite balayé par l’information relayée par certains médias, dont notamment une chaîne de télé privée. Celle-ci avait évoqué dans son bulletin d’informations la sortie des éléments de la gendarmerie qui, selon elle, auraient pris position dans les rues d’Alger en pleine nuit. Une information qui a fait le buzz pour être aussitôt démentie par des internautes sur Facebook en postant carrément des images prouvant tout le contraire. Le lendemain (hier), la Toile s’est enflammée de plus belle avec l’annonce de l’arrestation d’Ali Haddad, ex-président du FCE, intercepté à la frontière algéro-tunisienne. S’en sont suivis d’autres posts concernant plusieurs autres personnes telles que Tahkout ou encore Tliba et même Saïd Bouteflika, qui, à son tour, aurait été arrêté notamment après une réunion qu’il aurait tenue avec Toufik, l’ancien patron du DRS et d’autres personnes qui lui sont proches.
Des informations, bien entendu, sans fondements ou du moins impossibles à vérifier mais qui ne les empêche pas de se propager telle une traînée de poudre parmi des internautes qui n’ont de cesse de demander “des nouvelles du front”. Les curieux, les malintentionnés, tout comme ceux qui s’inquiètent réellement du devenir du pays sont alors assaillis, via le Net, par des informations allant des plus farfelues aux plus plausibles poussant à “l’égarement”. C’est carrément, une hystérie numérique qui s’empare des Algériens entre manipulateurs et autres simples internautes qui au lieu d’y voir plus clair ne savent plus à quel saint se vouer.Le numérique s’est invité dans notre quotidien à tel point que les réseaux sociaux sont devenus la première source d’informations, vraies ou fausses, un défouloir et un moyen de communication mais aussi et surtout une chapelle où chacun prêche son discours qui n’enlève en rien, cependant, à l’intérêt de l’échange. Un espace de débats presque indispensable mais qui, malheureusement, est envahi par des manipulateurs qui s’attellent à propager des messages à même de troubler les esprits…
 

Nabila Saïdoun



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER