Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

47e marche du mardi à Tizi Ouzou

Les étudiants maintiennent la mobilisation

La communauté universitaire de Tizi Ouzou fidèle au rendez-vous. © K. Tighilt/Liberté

La 47e marche du mardi, organisée hier à Tizi Ouzou, a été une nouvelle occasion pour les étudiants de l’université Mouloud-Mammeri, appuyés comme toujours par de nombreux citoyens, de réclamer la libération de tous les détenus d’opinion et politiques et d’exiger une période de transition démocratique. 

Ces deux revendications ont été, d’ailleurs, au centre de tous les slogans scandés par les manifestants qui ont battu le pavé depuis l’entrée de l’université Mouloud-Mammeri à la place de la Bougie, située à l’autre extrémité de la ville, en passant par la rue Lamali-Ahmed et l’avenue Abane-Ramdane.

En effet, tout le long de leur parcours, les nombreux étudiants et citoyens qui ont pris part à cette marche ont déployé des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : “Pour une véritable transition démocratique à travers une Assemblée constituante souveraine” et “Oui pour une transition démocratique”.

Sur des pancartes brandies par les manifestants, on pouvait encore lire des slogans appelant à la libération des détenus d’opinion et politiques encore en détention. “Libérez tous les détenus d’opinion”, “Libérez Fersaoui Abdelouahab président du RAJ”, “Acquittement pour tous les détenus d’opinion et politiques”, lit-on sur ces affiches.

À  travers  une autre  pancarte,  les étudiants  ont  également  appelé “ à l’ouverture du champ médiatique, à l’indépendance de la justice, à la justice sociale ainsi qu’à l’acquittement des détenus et des ex-détenus”. 

Outre ces banderoles et affiches, les manifestants ont repris en chœur leurs slogans habituels en scandant, entre autres, “Libérez l’Algérie”, “Dawla madania machi âaskaria”, (État civil et non militaire), “Système dégage, l’étudiant s’engage”.

Pour  un  étudiant,  “il  s’agit  par  cette nouvelle  marche  de  poursuivre   la mobilisation entamée depuis plusieurs mois par la communauté universitaire et par le peuple et d’exiger des tenants du pouvoir actuel la libération de tous les détenus d’opinion ainsi qu’une transition pacifique.

Ces  détenus ne  doivent  plus  être  les otages  d’un  système  qui  veut   se régénérer”. “C’est aussi l’occasion  pour nous d’exprimer  les  aspirations  de toute cette jeunesse, à savoir une Algérie libre, démocratique et sociale”, a-t-il poursuivi.
 

K. Tighilt

 

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER