Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Le procès de Louisa Hanoune, DE Toufik, DE Tartag et DE SaÏd Bouteflika annoncé pour le 23 septembre

Les inquiétudes de Youcef Ramdane Tazibt

 “Cette accélération de la procédure nous a surpris au sein du parti autant qu’elle a étonné les avocats”, a déclaré hier Youcef Ramdane Tazibt, membre du bureau politique du Parti des travailleurs, qui relève que l’audience intervient “dans un contexte inquiétant”, marqué par l’arrestation d’un deuxième chef de parti politique, en l’occurrence Karim Tabbou, porte-parole de l’Union démocratique et sociale, placé sous mandat de dépôt avant-hier pour “atteinte au  moral de l’armée”.

De son côté, le comité national de soutien à Louisa Hanoune se réunira aujourd’hui pour arrêter des mesures susceptibles d’accélérer sa  libération ainsi que celle de tous les détenus  d’opinion. “L’heure est grave. La répression est en train de mener le pays vers une impasse. C’est intenable”, commente Youcef Ramdane Tazibt.

Le 9 septembre, le tribunal militaire de Blida avait rejeté une troisième demande de liberté provisoire au profit de la responsable du PT, qui entame son cinquième mois de détention. Les deux ex-patrons du renseignement ainsi que Saïd Bouteflika avaient été emprisonnés quatre jours plus tôt, soit le 5 mai dernier. Ils sont accusés d’“atteinte à l’autorité de l’armée” et de “complot contre l’autorité de l’État”, des crimes pour lesquels ils risquent 5 à 10 ans de prison, selon le code de la justice militaire.

Trois autres personnes, à savoir l’ancien vice-ministre de la Défense le général-major Khaled Nezzar, son fils Lotfi, propriétaire de la société SLC, ainsi que le président de la Société algérienne de pharmacie, sont également poursuivies dans le cadre de cette même affaire pour “trouble à l’ordre public” et “complot”. Faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international lancé début août suite à leur sortie du territoire national, elles seront sans doute jugées par contumace.
 

Nissa H.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER