Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

suite à l’abdication du chef de l’état

Les internautes savourent avec modération


“Bouteflika a démissionné”, répètent les internautes algériens dans leurs posts sur les réseaux sociaux dont notamment Facebook, comme pour se convaincre que le “miracle” a, bel et bien, eu lieu. C’est, d’ailleurs, de nombreux messages que nous avons recueillis de ces Algériens qui savourent, bien qu’avec modération, “le départ” de Bouteflika qui pour nombre d’entre eux n’ont connu que lui comme Président. “C’est mon premier café sans Bouteflika puisque je suis né en 2000 et il a le goût de la liberté”, lit-on sur un post ou encore : “C’est le premier jour du reste de ma vie.” C’est dire à quel point les Algériens avaient besoin de se libérer d’une sournoise oppression. “Nous allons vers la solution constitutionnelle mais pour le moment je savoure la fin d’une répression de 20 ans”, lit-on encore. Heureux et méfiants, les internautes, dans leur majorité, se rejoignent pour “remercier l’armée à laquelle ils demandent de faire son travail et de ne plus toucher à la politique”. Conscients que les choses se précipitent, un internaute ira jusqu’à dire : “Depuis 3 jours, si tu rates une heure sur Facebook, tu ne comprends rien à la leçon.” C’est que les informations — entre les lettres des uns et des autres qui se suivent et ne se ressemblent pas, révélant “un tiraillement au sommet” — se bousculent. Un fait de la plus haute importance qui n’échappe pas aux internautes qui, en campant sur leurs positions, avertissent : “Nous avons gagné une bataille mais pas la guerre.”  “Qu’ils s’en aillent tous” ou encore : “Après Bouteflika, il faut dégager les trois B (Bensalah, Bedoui, et Belaïz)” ou “l’Algérie attend la démission des trois B (Bensalah, Bedoui, et Belaïz)”. À ce propos, les internautes persistent et signent : “Il n’est question d’accomplir aucune transition avec Bensalah.” En outre, ils accompagnent ce refus de la fameuse photo le montrant endormi sur son siège au Sénat. Il en est de même pour le nouveau gouvernement ainsi que d’autres figures bien connues et décriées, tels Saïd Bouteflika, Sidi-Saïd, Mouad Bouchareb. “Tous à la poubelle de l’histoire”, disent les internautes qui n’oublient pas ceux qu’ils qualifient de “caméléons” à l’image d’Amara Benyounès et Seddik Chihab. Ils n’épargnent pas, non plus, Gaïd Salah en lui signifiant clairement que “les Algériens ne sont pas dupes” et que surtout “l’Algérien n’a pas la mémoire courte, il n’y a pas si longtemps tu étais avec eux”. C’est que les Algériens redoutent de se débarrasser d’un despote pour se retrouver dans une autre galère. Un post sur Facebook résume bien ce scepticisme : “L’Algérie ne doit pas passer du statut de royaume à celui de caserne. Nous aspirons à une véritable République démocratique où le suffrage universel, l’alternance, la liberté et l’égalité seront garantis pour tous.” 

Nabila SaÏdoun



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER