Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Les considérant comme des “représailles” contre le rejet de la présidentielle

Les P/APC de Tizi Ouzou dénoncent des restrictions budgétaires

Le siège de l’APC de Tizi Ouzou. © D.R.

Les présidents d’APC de la wilaya de Tizi Ouzou, qui ont tenu les 8 et 9 janvier derniers l’assemblée générale de leur coordination au siège de l’APW, ont dénoncé énergiquement les restrictions budgétaires drastiques imposées aux collectivités locales qui n’ont reçu, au titre de l’exercice 2020, que la modique subvention de 15 millions de dinars. “Ce montant dérisoire de 15 000 000 de dinars par commune en PCD ne pourrait répondre aux besoins urgents d’un seul village, eu égard à la situation du sous-développement délibéré que vit notre région depuis des lustres”, ont dénoncé les présidents d’APC de la wilaya de Tizi Ouzou dans la déclaration qui a sanctionné les travaux de leur assemblée générale consacrée à l’évaluation de la situation politique globale du pays et au développement local dans les communes de la wilaya. Aux yeux des participants à cette assemblée, ces restrictions sont loin d’être une simple conséquence de la crise économique qui a, certes, affecté le budget de l’État, mais plutôt une exclusion avérée de la région des financements publics. 

Pour preuve, soutiennent ces P/APC  dans leur déclaration, outre les différents blocages et lenteurs administratives auxquels font face les communes de la wilaya, ces dernières demeurent “exclues des subventions d’équipement du CSGCL, qui a remplacé l’ex-dispositif, FCCL, contrairement aux communes des autres wilayas qui sont dotées de sommes faramineuses dans ce registre”. Pis encore, affirment les rédacteurs de cette déclaration, il s’agit même de représailles exercées par le pouvoir pour sanctionner cette région qui a rejeté catégoriquement et massivement sa feuille de route, notamment l’élection présidentielle du 12 décembre dernier. “Conscient de l’ampleur de l’acte patriotique asséné par notre région au pouvoir illégitime en place, sa réponse n’a  pas tardé et allait connaître de sévères représailles. Effectivement, les restrictions budgétaires drastiques allouées à nos communes quant à l’exercice 2020 ne font que confirmer ce constat”, analysent les P/APC de Tizi Ouzou dans leur déclaration à travers laquelle, ils annoncent leur décision d’observer un rassemblement de protestation mardi 14 janvier dans l’enceinte même du siège de la wilaya pour dénoncer, disent-ils, “les blocages et les lenteurs administratives entravant l’acte de gestion”, “exiger une répartition équitable et transparente des dotations budgétaires à travers le territoire national”, “imposer le respect du statut et de la fonction de l’élu local” et “la consécration d’une décentralisation effective”. Commentant la situation politique globale du pays, les P/APC de Tizi Ouzou, qui se sont distingués par leur refus public de participer à l’organisation de l’élection présidentielle du 12 décembre, ont tenu à saluer la mobilisation citoyenne pacifique, qui a déjoué, lit-on dans leur déclaration, “toutes les manœuvres machiavéliques du pouvoir pour imposer sa feuille de route via la mascarade électorale du 12 décembre 2019”, et qui a réussi, ont-ils ajouté, “l’exploit du rejet absolu et historique, tant à l'échelle locale que nationale, ce qui révèle le degré mature de la conscience collective populaire, sonnant ainsi la déchéance du régime”. 
 

Samir LESLOUS 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER