Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Pour l’organisation de son 13e congrès

L’UGTA n’a pas obtenu d’autorisation


L’UGTA n’a toujours pas obtenu l’autorisation de la wilaya d’Alger pour organiser son 13e congrès, apprend-on de sources sûres. Le secrétaire général et le secrétariat national ont décidé de tenir le congrès les 21 et 22 juin en cours à Club-des-Pins. Si, pour la salle, la Centrale syndicale a reçu l’aval de l’administration du Club-des-Pins, la Drag (direction de la réglementation) de la wilaya d’Alger n’avait, jusqu’à hier, pas donné son quitus. Même si le document autorisant l’organisation d’un tel événement n’est pas en sa possession, Abdelmadjid Sidi-Saïd, estiment des syndicalistes, est déterminé plus que jamais à mettre en œuvre son planning.

Il a dans ce cadre convoqué les unions de wilaya et locales ainsi que les sections syndicales réparties à travers les 48 wilayas à une réunion demain au siège de la Centrale ou à l’Institut national des études et recherches syndicales d’El-Achour. Cette rencontre est programmée, avouent certaines sources, dans le but de plébisciter Sidi-Saïd, sans passer par le congrès. Sidi-Saïd avait pourtant déclaré qu'il ne se représentera pas pour un nouveau mandat. “Le mandat actuel prendra fin le 10 janvier 2020, toutefois nous avons décidé d'avancer la date de l'organisation du 13e congrès de l'UGTA”, avait-il déclaré en marge d'une réunion de coordination à huis clos regroupant les membres du comité exécutif national de l'UGTA.

Il faut dire que tous ces agissements ont provoqué la colère des syndicalistes qui multiplient les actions de protestation pour annuler le congrès et accélérer le départ de Sidi-Saïd. De son côté, le SG de l’union de la wilaya de Béjaïa et coordinateur national du comité pour la réappropriation de l’UGTA, Aziz Hamlaoui, accuse Sidi-Saïd et son équipe de traficoter pour imposer un congrès en juin en violation des statuts de l’organisation syndicale. “Après l’adoption des bilans financier et moral par la commission exécutive nationale (CEN), il faut trois mois pour organiser le congrès. Or, la CEN n’a adopté ni le bilan financier ni le bilan moral ! En un mois, ils ont pris la décision de préparer le congrès et, en l’espace d’une semaine, les congressistes ont été désignés au niveau national et les congrès régionaux tenus”, a-t-il expliqué.

 

B. K.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER