Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Des milliers de citoyens ont battu le pavé hier dans la ville de Yemma Gouraya

Nouvelle démonstration de force des Béjaouis

© Kamal Ouhnia/Liberté

Dans une nouvelle démonstration de force, les Béjaouis étaient hier des milliers à battre le pavé dans les rues de la ville de Yemma Gouraya pour la 33e marche du vendredi. Et cette forte mobilisation a été marquée, une nouvelle fois, par une participation significative des jeunes, des femmes, des seniors et des personnes à mobilité réduite.

Cela pour dire que le mouvement n’est pas près de faiblir, d’où la reprise en chœur de certains slogans : “Maranech habssine” (On n’est pas près de s’arrêter), “Djazaïr hourra dimokratia” (Algérie libre et démocratique) ou encore “Khlitou lebled ya serrakine” (Vous avez siphonné les richesses du pays, bande de voleurs).

La procession était colorée par les drapeaux, nationaux et amazighs, les banderoles et les photos des détenus d’opinion mais aussi de Gaïd Salah, cible privilégiée des manifestants, qui réclament carrément sa tête. En effet, tous les carrés, nombreux en cette veille du 5 Octobre — une date symbolique qui rappelle aux Algériens un rendez-vous manqué — lui ont réservé des chants et des slogans, qui ne lui feront pas plaisir.

Quelques manifestants ont même revêtu des  habits traditionnels des pays du Golfe pour dire l’influence ou le rôle, jugé “négatif de ce minuscule État”, les Émirats arabes unis en l’occurrence. Une nouvelle chanson a fait son entrée : “One, two, three, viva l’Algérie”, “Hada chaâb la yourid houkm el âaskar min jadid” (Ce peuple ne veut plus, de nouveau, de régime militaire), “Dawla madania, machi âaskaria” (État civil, non militaire). Les protestataires ont juré aussi que l’élection n’aura pas lieu : “Makanch l’vot. Wallah mana habsine” (Il n’y aura pas d’élection. Par Dieu, on ne s’arrêtera pas), “Ya hna ya n’touma. Wallah ma n’votiw” (Ou c’est nous, ou c’est vous.

Par Dieu, nous ne voterons pas). Les manifestants ont exigé bien sûr la libération des détenus politiques et d’opinion. Il a été réclamé la libération de Karim Tabbou, des autres hommes et femmes politiques, ainsi que des personnes arrêtées pour avoir porté ou manifesté avec le drapeau amazigh. L’un des manifestants a écrit sur une banderole : “Karim Tabbou n’est pas un prisonnier de la Kabylie, mais de toute l’Algérie.” Pour signifier aux tenants du pouvoir que c’est toute l’Algérie qui réclame son élargissement.
 

M. OUYOUGOUTE

 

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER