Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Elle fut la première Chahida de la guerre de Libération nationale

Qui se souvient de D’zaïr Chaïb ?

Montage Liberte-algerie.com/©D.R.

Un nom prédestiné qui se confond avec un fait historique occulté depuis trop longtemps.

Maintenant que les clameurs du « folklore »  du 8 mars se sont quelque peu tues, on peut revenir avec sérénité sur le combat harassant de la femme algérienne pour briser l’oppression coloniale et pour se donner un destin… parfois même cruel. Il en va ainsi de l’histoire de D’Zaïr Chaïb,  première Chahida (martyre) de la guerre de Libération nationale, tombée sous les balles de la soldatesque coloniale le 19 novembre 1954 et ce  à l’âge seulement de 26 ans.  Fille de Dali Bennchouaf, caïd et propriétaire terrien, D’zaïr avait, semble-t-il, une vie toute tracée avant cette fatidique attaque  par l’armée coloniale de la ferme de son père située près de Medjez Sfa dans la wilaya de Guelma au pied des monts de Béni Salah.  D’zaïr décèdera les armes à la main aux côtés de huit valeureux moudjahidine de la région d’Annaba à leur tête le chahid Badji Mokhtar, membre du groupe des 22 initiateurs de la lutte armée. Pour rappel, ce dernier venait de participer aux premières opérations du déclenchement de la Révolution avec l’attaque de la mine d’El Bernous et le minage du pont du chemin de fer d’Aïn Tahmamine, dans la région de Souk Ahras. Repéré et encerclé avec son groupe par l’ennemi colonial, le chahid trouvera la mort à la suite d’un très long accrochage. Ces faits connus ne comportent pas moins une grosse lacune. Et pour cause !   Aujourd’hui, aucun établissement, aucune place publique, aucune rue ne porte le nom de cette Chahida oubliée. Même la stèle commémorative  installée sur les lieux mêmes où s’était  déroulé cet évènement ne porte pas le nom de D’zaïr Chaïb. C’est dire qu’il existe encore au moins un combat «féministe» à mener après toutes les «avancées» (constitutionnelles ou autres) dont on ne cesse de nous bassiner. Il y a le cas du sacrifice de cette jeune fille au prénom prédestiné : D’zaïr, un fait historique qu’on ne peut occulter indéfiniment.

Mohamed-Chérif Lachichi (Pour Liberte-algerie.com)

@bounajazz


ARTICLES CONNEXES


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
smail.B le 11/03/2016 à 17h06

Je souhaite que cet article puisse secouer les responsables concernés pour redonner à cette dame sa juste place dans le patrimoine historique de notre pays! Cette jeune femme, présente aux premières heures d'une oeuvre grandiose, ne peut être laissée dans l'oubli.

Commentaires
1 réactions