Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Actualité

Blocage du projet de Cevital par le DG du port de Béjaïa

Zaâlane : “Il faut juste appliquer la réglementation”

© D.R.

C’est en marge de son intervention au forum de la radio, hier, que nous avons sollicité Abdelghani Zaâlane, en sa qualité de ministre des Transports, sur le blocage de Cevital par le premier responsable du port de Béjaïa qui refuse depuis des mois le déchargement des équipements destinés au projet d’usine de trituration de graines oléagineuses que le groupe prévoit de réaliser à Béjaïa, à l’extérieur de l’enceinte portuaire. À ce propos, nous avons rappelé au ministre qu’Ahmed Ouyahia a déclaré récemment que l’affaire relevait des prérogatives du ministère des Transports. En esquissant un sourire, le ministre répondra : “Il n’est pas question de compétences ou de prérogatives ou autres. Dans cette affaire, il est question de suivre et d’appliquer la réglementation en vigueur”, se refusant à tout autre commentaire. Le ministre a certainement raison, mais, dans la gestion de ce dossier, la réglementation est manifestement bafouée et, dans sa réponse, il ne nous éclaire pas sur l’essentiel : qui, en l’occurrence, devrait faire appliquer la réglementation ? 

 
N. S.



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER
Commentaires
1 réactions
Argaz le 21/02/2018 à 3h31

C'est claire comme l'eau de roche, et de cette manière on pousse une partie de l'Algérie à opter pour une autre solution qui permettrait à la population de se prendre en main dès lors que l'Etat algérien par le biais de ses représentants lui refuse cette alternative. Qu'ils nous le disent clairement de quoi il retourne. L'hôpital qui se moque de la charité. Investir devient problématique pour la simple raison que le patron de Cévital ne mange pas du pain noir. Sans rancune;

Commentaires
1 réactions