Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Campagne moissons-battages à Tizi Ouzou

312 ha de céréales déclarés sinistrés

La wilaya de Tizi Ouzou compte 2 300 céréaliculteurs. © D. R.

En dépit de ces pertes, la campagne s’est déroulée dans de bonnes conditions.

Pas moins de 312 ha de céréales sont déclarés sinistrés, cette année, dans la wilaya de Tizi Ouzou, a indiqué, dernièrement, Mme Ladaouri Soraya, chargée des grandes cultures au niveau de la DSA de Tizi Ouzou. S’exprimant  à l’Itmas  de Boukhalfa, au cours d’une rencontre consacrée au bilan et à la perspective de la filière céréalière à Tizi Ouzou, Mme Ladaouri a expliqué que cette superficie concerne 134 ha de blé dur, 38 ha d’orge et 71 ha d’avoine sur-infestés par les mauvaises herbes et fauchés en fourrage.  

Cela concerne également, a-t-elle ajouté, 55 ha de blé dur, détruits par le feu dans les communes de Agouni-Gueghrane et Souama ainsi que 14 ha de blé dur détruits par la grêle dans la commune de Mekla. Toutefois, a expliqué la même  responsable, ces pertes n’ont pas impacté lourdement cette campagne de moissons-battages qui s’est déroulée dans de bonnes conditions et  qui a permis d’emblaver 7 272 ha, représentant un taux de 88% de l’objectif global, qui est de 8 300 ha, et de récolter une quantité totale de 89 600 q.

Notre interlocutrice a également rassuré quant à la disponibilité des moyens matériels nécessaires au déroulement de cette campagne de moissons-battages dont 40 moissonneuses, 8 camions de 20 tonnes, un camion de 10 tonnes et 12 bennes marelles ont servi à la collecte de la production. “Trois points de collecte d’une capacité de 170 000 q étaient également ouverts à Drâa Ben Khedda et Thénia”, a-t-elle ajouté.

S’exprimant à la même occasion, le directeur des services agricoles de wilaya, Makhlouf Laïb, a estimé que “l’enjeu de la filière céréalière est capital”. Il a expliqué, à ce sujet, que “la céréaliculture est devenue une industrie. Nous sommes face à une opportunité pour ceux qui veulent investir ce domaine. À Tizi Ouzou, une wilaya qui compte 2 300 céréaliculteurs, nous avons enregistré cette année un rendement exceptionnel et nous pouvons même être, à l’avenir, un pôle compétitif au niveau national”. 

Un objectif que ce responsable compte réaliser, a-t-il dit, “avec  une meilleure résorption de la jachère et en élaborant un programme de suivi de toutes les catégories de céréaliculteurs”. Sur un autre ton, cette fois moins apaisé, le secrétaire général de l’Interprofessionnel des céréales, Abdelghani Benali, a estimé que si l’Algérie arrive à s’autosatisfaire en matière de blé dur et d’orge, elle fait face malheureusement à une grande spéculation avec le blé tendre qui est victime de plusieurs détournement.

“Plus 40% du blé tendre est détourné vers la nutrition animal.  Certaines minoteries, au lieu de vendre du son, vendent du blé tendre concassé”, a-t-il expliqué. Sur un autre registre, Abdelghani Benali a également proposé d’aligner les prix d’acquisition du blé dur et du blé tendre afin d’encourager la production de ce dernier. 

 

K. Tighilt

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER