Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Médecine néonatale à Tamanrasset

Autopsie d’un mal profond

Le Pr Azzedine Ayachi, lors de la journée de formation©. Rabah Kareche/Liberté

Les urgences vitales en cabinet médical, les infections materno-fœtales et les détresses respiratoires néonatales ont été, entre autres, les thèmes retenus pour la journée médicale de néonatalogie qui a eu lieu, avant-hier, à la Maison de l’artisanat et des métiers de la wilaya.

Cette session qui s’inscrit dans le cadre du programme de formation lancé par le représentant du laboratoire Fasska en Algérie, Med Alliance, a profité essentiellement aux pédiatres, chirurgiens pédiatres, puéricultrices, diététiciens, sages-femmes et médecins généralistes.
Les participants, dont le nombre avoisine les 100, ont eu ainsi l’occasion de se mettre à niveau et de réactiver les mises à jour concernant les nouvelles méthodes relatives à la réanimation du nouveau-né  en salle de naissance, à la ventilation non invasive et aux asphyxies périnatales, a indiqué le directeur de zone Est-Centre de la société organisatrice, Kamel Eddine Kassama. L’importance de cette formation, encadrée, faut-il le noter, par le Pr Azzedine Ayachi, spécialiste en néonatalogie à l’hôpital Bobigny de Montreuil en France et 5 autres cadres de Med Alliance, résident dans la définition consensuelle des nouvelles techniques d’intervention et de prise en charge des nouveau-nés. Et c’est là que le bât blesse pour les services de pédiatrie de la wilaya de Tamanrasset qui accuse un énorme retard par rapport aux autres wilayas du pays. “Lors de notre dernière visite destinée à la prospection du marché local, il nous a été donné de constater plusieurs carences en médecine néonatale. Les professionnels exercent dans des conditions inappropriées. Ils travaillent avec des méthodes obsolètes et un matériel rendu caduque par l’évolution technologique. Ce qui est généralement à l’origine des dégâts médicaux enregistrés”, signale notre interlocuteur qui a mis en garde les responsables du secteur de la santé sur les complications causées par la mauvaise communication entre les parents des enfants malades et les pédiatres cubains engagés dans le grand Sud. Et d'ajouter que ce forum, qui en est à sa 4e édition après ceux organisés à Béchar, Adrar et Oued Souf, permettra de lever les ambiguïtés liées aux préoccupations des professionnels à même de réparer les imperfections existantes dans les différents services de pédiatrie. Ce qu’il faut retenir de cette formation n’est pas uniquement le volet théorique présenté par les intervenants, mais aussi les ateliers et les simulations impliquant pratiquement la corporation et les participants qui se sont engagés dans un débat instructif en exposant des cas cliniques rencontrés quotidiennement  au professeur qui a mis son expérience à profit pour apporter des solutions idoines, a indiqué, pour sa part, Abdelhakim Hadj Hamou, organisateur. Il a émis le désir de perpétuer ce genre d’initiative dans cette wilaya-continent. Ce faisant, il faut impérativement que les autorités de wilaya s’y mettent et participent à l’organisation de ce type de forum qui devra être étendu aux localités enclavées et aux autres régions où la santé est sérieusement malade. Il convient de noter que cette journée médicale, marquée par l’absence des autorités locales, a été rendue possible grâce au soutien de l’agence de tourisme Akar et la Cam de Tamanrasset.


RABAH KARECHE  

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER