Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Tamanrasset

La criminalité juvénile en hausse


Le bilan annuel des activités réalisées par les différentes unités territoriales du groupement de gendarmerie de la wilaya de Tamanrasset a fait ressortir une hausse de la criminalité qui s’élève à 57,14%, a indiqué, dernièrement, le commandant du groupement, le lieutenant-colonel Mohamed Boussahla, lors d’une conférence de presse. Les statistiques avancées font état de 583 délits et 55 crimes perpétrés contre des personnes et l’ordre public.
Le nombre d’affaires relatives à l’escroquerie, au faux et usage de faux et à la corruption s’élève à 38, selon le conférencier qui a dénombré 5 894 arrestations en 2018, dont 5 581 hommes et 113 femmes. L’analyse criminologique dans cette wilaya aux 50 nationalités a permis de constater que la tranche d’âge 18-40 ans est la plus affectée par ce phénomène avec un pourcentage de 83,28%, et ce en raison de l’absence de perspectives d’embauche et la hausse du chômage, explique l’orateur. Le même bilan  dénombre 269 victimes, dont 7 sont âgées de moins de 18 ans et 207 entre 18 et 40 ans, soit 76,95% des victimes recensées. Pour ce qui des activités de la police spéciale, le commandement du groupement a traité et élucidé 459 affaires, soit une hausse  de 170% comparativement à l’année 2017 où l’on avait enregistré 169 affaires. Ces affaires ayant donné lieu à 1799 arrestations concernent entre autres les contraventions au code des mines (212 affaires), aux pratiques commerciales (55 affaires), aux règles d’hôtellerie (15) et aux lois relatives à la protection de l’environnement  et le développement durable (17). Au chapitre de la sécurité routière, les unités de la gendarmerie ont enregistré 126 accidents ayant fait 75 morts et causé des blessures à 318 personnes.
En comparaison avec l’année précédente, on a noté une baisse de 22,22% en matière d’accidents et une hausse de 15 morts. Le facteur humain est la cause principale dans 91 accidents, suivi de l’état des véhicules (20 accidents) et l’état des routes (12 accidents).
Durant l’année 2018, la section de la sécurité routière a enregistré 6944 retraits de permis de conduire. Quelque 2700 contraventions au code de la route, 2178 délits routiers et 6853 amendes forfaitaires ont été dressés par les gendarmes qui ont participé à 38 campagnes de sensibilisation et  animé 46 émissions radio et 12 campagnes d’orientation en milieu scolaire.
Selon le commandant du groupement, 48 saisines liées à l’information routière ont été adressées aux autorités locales et 25 800 services ont été rendus par la police routière. Parlant de l’implication du citoyen dans la lutte contre la criminalité sous toutes ses formes, M. Boussahla a fait état de 12 340 appels reçus sur le numéro vert de la gendarmerie 1 055, contre 10 095 appels en 2017, soit une hausse de 2 145 appels. Le nombre des identifications opérées en 2018 s’élève à 37399, dont 33159 liées à l’identification de personnes, 3 797 aux véhicules et 140 autres aux armes.
En matière de pourcentage, les cas positifs liés à l’identification de personnes ont connu une hausse de 36,4%, contrairement aux cas d’identification de véhicules qui ont baissé de 75% comparativement à 2017.



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER