Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Cnas de Tamanrasset

Les administrations publiques boudent la télédéclaration

Les employeurs réticents à l’égard de l’utilisation des nouvelles technologies. © D. R

Lancé en 2004, le système de déclaration électronique des cotisations destiné aux employeurs affiliés n’attire toujours pas.

En dépit des campagnes de sensibilisation et des journées de vulgarisation organisées pour faire aboutir cette application visant à moderniser l’administration algérienne, cette dernière continue d’appuyer les pratiques consacrant les valeurs bureaucratiques d’un système qui est vraisemblablement allergique à toute évolution technologique. Ce constat amer a été conclu, mardi dernier, par l’agence Cnas de la wilaya de Tamanrasset à l’occasion de la campagne de sensibilisation lancée sur les déclarations annuelles des salaires et salariés au titre de l’année 2018. D’après le directeur de l’agence, Azzeddine Deheb, depuis le lancement de ce système permettant d’alléger les procédures administratives, “nous avons remarqué l’étrange réticence des administrations publiques qui, faut-il le signaler, boudent pas uniquement la télédéclaration, nonobstant ses avantages multiples, mais aussi les déclarations classiques de cotisation”. Pourtant la loi 83-14 relative aux obligations des assujettis en matière de sécurité sociale est on ne peut plus claire. Dans son intervention, Cherif Moulay Reggani, contrôleur agréé et dûment assermenté, a insisté sur l’article 14 de cette loi stipulant que tout employeur est tenu d’adresser, dans les trente jours qui suivent la fin de chaque année civile, à l’organisme compétent de sécurité sociale, une déclaration nominative de salaires et de salariés, faisant ressortir les rémunérations perçues entre le premier et le dernier jour, par trimestre, ainsi que le montant des cotisations dues. C’est dire que la souscription des déclarations annuelles des salaires et des salariés est donc obligatoire, même pour les administrations du secteur public. De son côté, Mabrouka Dahkal, chargée d’études auprès de l’agence locale de la Cnas, a mis en relief l’importance et les avantages de la déclaration électronique en faisant une démonstration pratique de cette application. Selon elle, le procédé est assez simple : l’employeur n’a qu’à se rapprocher des services de son agence d'affiliation, afin d'acquérir un mot de passe lui permettant d'accéder à son compte pour effectuer en ligne la déclaration des cotisations mensuelles ou trimestrielles de ses employés. Le portail de la Caisse nationale de recouvrement des cotisations de sécurité sociale, “http://teledeclaration.cnas.dz”, assure un accès sécurisé et disponible H24 et 7j/7 à l’ensemble des employeurs. Il suffit, donc, d’un clic pour déclarer son employé depuis son bureau et à n’importe quel moment, indique-t-elle. Intervenant dans ce sillage, le directeur de l’agence a fait savoir qu’un poste informatique dédié exclusivement aux employeurs a été ouvert à son antenne pour des initiations à cette nouvelle application qui épargnera aux assujettis les longs déplacements et la paperasse liée aux déclarations des employés. En plus de ces avantages, ajoute-t-il avec la même verve, le système de télédéclaration permet également l’intégration instantanée des employés et évite aux employeurs les éventuelles omissions et les erreurs de données de leurs salariés. À l’occasion de cette journée de sensibilisation, Azzeddine Deheb a également ouvert le dossier relatif à la déclaration des salariés étrangers en faisant état des missions de contrôle effectuées par ses agents sur les différents chantiers lancés dans la wilaya de Tamanrasset par des entreprises étrangères ou par celles employant une main-d’œuvre étrangère. “Nos contrôleurs sont équipés de laptops permettant, une fois sur chantier, de vérifier sur place la conformité des déclarations des assujettis et les données liées aux employés étrangers comparativement aux listes détenues par l’agence. Les employeurs concernés sont donc tenus de présenter aux agents de contrôle les documents et renseignements nécessaires à l’accomplissement de leur mission. Les cas d’entrave ou de fraude sont inévitablement passibles des peines prévues par la loi”, a-t-il averti.


RABAH KARECHE

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER