Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Après avoir passé deux ans sans électricité

Les habitants des 180 logements de Tala Toulmouts ferment le siège de Sonelgaz

© D. R.

Les habitants des 180 logements de Tala Toulmouts, un village relevant de la commune de Tizi Rached, ont procédé, hier matin, à la fermeture du siège de Sonelgaz du centre-ville de Tizi Ouzou pour dénoncer le mépris des responsables de cet opérateur public et de ceux de la wilaya qui les ont laissés deux longues années sans électricité. Les protestataires ont pris d’assaut le siège de la société de distribution d’électricité du centre-ville peu avant 8h pour ainsi empêcher son ouverture. 

Les services de police sont intervenus pour tenter de les dissuader, mais peine perdue. Remontés contre les responsables à tous les niveaux, les protestataires ont fait montre d’une grande détermination à fermer le siège de la SDC. Rencontrés sur les lieux, les représentants des 180 familles nous ont expliqué que les responsables concernés ont été saisis une quarantaine de fois au sujet du raccordement de leurs habitations au réseau d’électricité.
En vain.

“Ils nous ont fait trop de fausses promesses”, s’insurge l’un d’entre eux expliquant que pourtant le promoteur en charge de la réalisation de leurs habitations s’en est acquitté des sommes nécessaires pour la prise en charge des transformateurs qui ont coûté 2 milliards de centimes, mais malgré cela nous continuons à nous éclairer à la bougie.

“Un sous-traitant a été choisi par la SDC et les transformateurs ont été installés, mais, à la surprise des habitants, les transformateurs ont été vite désinstallés pour les transférer vers un autre endroit”, expliquent les représentants de cette cité qui accusent les autorités de continuer à se cacher derrière de “fausses oppositions qu’ils ont eux-mêmes inventées pour justifier leur défaillance”.

“Pis encore, aujourd’hui nous recevons les factures de gaz à travers lesquelles nous nous acquittons également de toutes les taxes alors que nous ne sommes toujours pas raccordés au réseau d’électricité qui est pourtant à portée de main”, explique encore un des représentants de cette cité située pourtant sur un axe routier important, à savoir celui menant vers l’Eniem, à Oued Aïssi.

“Le pouvoir s’apprête à organiser une élection présidentielle contre la volonté de tout un peuple alors qu’il est incapable de brancher deux fils pour alimenter 180 familles qui vivent dans le noir depuis deux longues années”, dénonce un autre membre du comité menaçant d’occuper, en compagnie de leurs familles, le siège de Sonelgaz pour une durée illimitée à compter d’aujourd’hui si une solution n’est pas trouvée en urgence. 
 

Samir LESLOUS 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER