Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

APC de Aïn Zaouïa (Draâ El-Mizan)

Les travailleurs sans salaire depuis deux mois


Même si le wali de Tizi Ouzou avait donné toutes les prérogatives au chef de la daïra de Draâ El-Mizan, à la fin du mois d'août dernier, pour se substituer au P/APC dont les activités ont été gelées à cause du blocage de l’APC, le problème est loin d’être réglé dans cette commune où de nombreux projets sont toujours en stand-by.
En effet, la première répercussion de la mise sous tutelle administrative de cette collectivité locale est ressentie par les travailleurs de cette institution, du fait qu’ils n’ont pas encore reçu les salaires des mois de septembre et d’octobre, alors que le mois de novembre est déjà à sa troisième semaine. Selon un fonctionnaire de l’APC, le contrôleur financier de Draâ El-Mizan a refusé d’accorder la qualité d’ordonnateur au chef de daïra sous prétexte que ce cas de figure n’est pas prévu par la réglementation.
“Pourtant, le budget supplémentaire a été approuvé par la wilaya dans ses deux sections, à savoir le fonctionnement et l’équipement, nous ne voyons pas pourquoi le contrôleur financier ne se soumet pas à la décision du wali”, explique la même source. Par rapport à cette situation fâcheuse, les syndicalistes du Snapap ont déposé un préavis de grève.
“Dès lundi prochain (demain, ndlr) nous entamerons une grève illimitée, car la situation socioprofessionnelle des travailleurs communaux devient ingérable”, indique un syndicaliste, au moment où l’on croit savoir que le chef de daïra a adressé un courrier au wali afin d’élucider ce cas inédit.
Par ailleurs, il est à noter que, pratiquement, toutes les opérations retenues pour l’amélioration du cadre de vie des citoyens de cette municipalité ne sont pas lancées, elles aussi, à cause du refus du contrôleur financier de signer les décisions financières tant attendues. D’ailleurs, les transporteurs de voyageurs par fourgons assurant la liaison entre les villages de Boumahni, où est concentrée la population de la commune avec plus de dix mille habitants, ont observé une journée de protestation, jeudi dernier, afin de dénoncer le délabrement des routes de la région.


O. Ghilès


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER