Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Médéa

Polémique autour du paiement des compteurs d’eau


L’exigence de paiement des compteurs d’eau installés dans les cités du nouveau pôle urbain de Aïn Naâdja, au chef-lieu de wilaya, par l’Office public de gestion immobilière (OPGI), est en train de se transformer en polémique quant à sa justification réglementaire.

La genèse de l’affaire qui remonte à quelques semaines lorsque l’OPGI a réclamé aux nouveaux locataires du nouveau pôle de s’acquitter de la somme de 4 500 DA représentant les frais de fourniture et d’installation des compteurs d’eau. La réaction de la coordination des associations de quartiers de la commune de Médéa ne s’est d'ailleurs pas fait attendre, demandant à la direction de l’organisme public de donner la justification réglementaire du montant de 4 500 DA, ajouté aux frais de loyer.Le président de la coordination des associations des quartiers de Médéa, Salim Mostefaoui, a déclaré à ce propos que cette exigence n’est adossée à aucune disposition réglementaire mais relève plutôt d’une posture abusive de la direction de l’OPGI de Médéa.

“C’est une exigence qui n’est pas réglementaire d’autant que l’OPGI a été destinataire d’un courrier sur le sujet auquel aucune suite n'a été donnée, problème qui a également été porté à la connaissance des autorités de la wilaya”, dénonce-t-il, estimant qu’“il n’est pas logique qu’un organisme chargé des loyers vienne à exiger l’acquittement des frais d’installation des compteurs d’eau, d’électricité et de raccordement aux réseaux”.

Il s’agit d’une mesure discriminatoire qui touche une liste de 800 bénéficiaires de logements sociaux du pôle urbain Aïn Djerda, mesure qui n’a pas été appliquée aux locataires de l’autre pôle urbain et pôle universitaire, a affirmé le président de la Coordination des associations de quartiers. “Le coût du projet de réalisation de l’ensemble d’habitats, conclu avec un partenaire étranger, inclut, en toute logique, les frais de raccordement aux différents réseaux, y compris la fourniture et la pose des compteurs d’eau, d’électricité et de gaz”, a-t-il encore expliqué. 
En attendant, il est demandé aux citoyens de ne rien payer concernant cette exigence avant sa justification réglementaire par l’OPGI, mais de s’acquitter seulement des frais relatifs à l’abonnement et à la consommation d’eau à l’ADE.

M. EL BEY


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER