Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Centre

Entre surcharge des classes et diplômés laissés sur le carreau

Une rentrée scolaire mouvementée à Médéa

Sit-in des élèves de l’ENS devant le siège de la direction de l’éducation de la wilaya. © D.R

Les sortants de l’ENS se sont rassemblés le jour de la rentrée pour observer un sit-in devant le siège de la direction de l’éducation afin de demander leur recrutement, comme stipulé dans leurs contrats de formation.

La rentrée scolaire de cette année, qui a été lancée à partir de la commune de Harbil (15 km à l’ouest du chef-lieu de wilaya), en présence de la ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables, connaît quelques problèmes liés au recrutement des diplômés de l’École nationale supérieure (ENS) et à la surcharge des classes. En effet, les sortants de l’ENS se sont rassemblés mercredi pour observer un sit-in devant le siège de la direction de l’éducation afin de demander leur recrutement, comme stipulé dans leurs contrats de formation les liant au ministère de l’Éducation nationale, est-il précisé. “Comment est-il possible que les recrutements des diplômés de l’ENS n’aient pas été envisagés dans le calendrier de la direction de l’éducation, alors que certains attendent leur affectation depuis 3 ans ?” Selon les protestataires, le ministre de l’Éducation nationale a donné des instructions pour une solution rapide au problème de recrutement, à l’instar des autres wilayas. Et qu’“il est inconcevable qu’un diplômé de l’ENS qui a suivi une formation de 4 à 5 années et obtenu une moyenne élevée se retrouve en fin de parcours sur le carreau”. L’on évoque aussi la surcharge dans de nombreuses écoles où “des classes tournent avec une moyenne de 45 élèves pour un enseignant, alors qu’il aurait fallu ouvrir de nouvelles classes et recruter d’autres enseignants”. 

La surcharge des classes concerne même les établissements du chef-lieu, comme signalé par un enseignant du CEM Fodhil-Skender, “où l’on trouve 46 élèves dans une seule classe et des infrastructures vétustes”. Ce qui, indique-t-on, contraste avec les déclarations de la responsable du secteur la veille de la rentrée scolaire pour qui un important volume de nouvelles infrastructures a été réceptionné et mis en service à l’occasion de cette rentrée. En effet, selon le communiqué émis par la direction de l'éducation, il est fait état de “l’acquisition de 15 groupes scolaires, 2 CEM et 2 lycées” qui ont ouvert leurs portes aux élèves des 3 cycles à l’occasion de cette rentrée et qui vont ainsi renforcer les structures éducatives existantes, accueillant “un effectif global de 237 463 élèves dont 19 547 élèves dans les classes préparatoires”.    


M. EL BEY  



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER