Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

contrechamp / ACTUALITÉS

Mouvement populaire et perspective nationale

Dans l’allocution prononcée hier, le chef d’état-major a rejeté tout doute sur la pertinence et la réussite de sa feuille de route électorale. “La locomotive de l’Algérie est bel et bien sur la bonne voie” et “l’affluence (du peuple), en toute conviction et conscience, aux bureaux d’inscription (…) a permis la réussite de l’opération d’assainissement et de révision des listes électorales à travers toutes les communes du pays”.
Mais s’il trouve le déroulement du processus pré-électoral de bon augure pour la suite de sa feuille de route, il continue tout de même à recourir aux mises en garde qui, traditionnellement, jalonnent ses interventions. Il y a là comme une représentation paradoxale de la réalité politique : d’un côté, le vice-ministre exprime sa satisfaction de voir le projet électoral susciter une mobilisation populaire massive et, de l’autre, dénonce et menace “toute personne qui tente d’entraver ce processus électoral décisif, ou d’influencer, désespérément, la conscience du peuple algérien et son empressement à participer massivement et avec détermination aux prochaines présidentielles”.
Dans ce tableau, le pouvoir peine à reconnaître le statut populaire des manifestations dont la masse des participants est maintenant accrue par “des entités inconnues ayant des objectifs malveillants (et qui) consacrent de l’argent sale afin d’amplifier le nombre de ces manifestations, en ramenant les citoyens des autres wilayas en dehors de la capitale”. Apparemment sans faire exprès, puisque l’annonce en a été faite deux ou trois jours avant  d’être rendue publique, une déclaration signée par dix-neuf personnalités politiques et sociales est venue répondre au discours magique dans lequel le pouvoir de fait semble s’enliser. 
Comme pour prévenir le pouvoir du décalage entre les aspirations du mouvement populaire et la réponse qu’il lui délivre, “les dix-neuf” invitent le pouvoir à procéder “à une nouvelle lecture de la réalité afin de ne pas contrecarrer les revendications légitimes du peuple en faveur d’un changement pacifique des mécanismes et des pratiques de gouvernance, et pour ne pas frustrer les générations de l’indépendance emplies de patriotisme, de l’exercice de leur droit à l’édification d’un État moderne dans l’esprit rassembleur du 1er-Novembre”. Leur texte replace le mouvement dans sa réalité de perspective rassembleuse parce que conçue et fondée sur l’expérience partagée d’un peuple qui aspire désormais à se réapproprier sa souveraineté collective ; c’est ce fondement historique qui assure la cohérence du mouvement et explique sa résilience malgré toutes les contrariétés qu’il rencontre : “Durant les huit mois de son existence, ce mouvement populaire est resté dans cette voie, sans reculer ou faiblir, ne faisant cas au passage ni de ceux qui sèment le doute dans sa capacité, ni de ceux, dans ses rangs, qui changent de chemin en cours de route, ni enfin de ceux qui tentent de l’instrumentaliser, de le démobiliser ou de parier sur son essoufflement”, écrivent-ils. Le rappel est bienvenu en ce qu’il réhabilite la vocation du mouvement populaire : celle de tracer la perspective nationale. Reste aux élites et aux autorités à la traduire.
 

M. H.
musthammouche@yahoo.fr


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER