Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

FESTIVAL NATIONAL DU THÉÂTRE UNIVERSITAIRE FÉMININ À BÉJAÏA

La 7e édition dédiée à Nabila Djahnine

© Kamal OUHNIA/Liberté

Organisée par le comité universitaire du Rassemblement action jeunesse (RAJ), en collaboration avec les directions des œuvres universitaires de Béjaïa et d’El-Kseur, cette manifestation culturelle qui s’étalera jusqu’au 5 mars est dédiée à la défunte militante féministe et présidente de l’association Tiɣri n Tmeṭṭut (Cri de la femme), Nabila Djahnine.

Le coup d’envoi de la 7e édition du Festival national du théâtre universitaire féminin a été donné hier matin, à l’auditorium Saâd-Djaâfri de l’université Abderrahmane-Mira de Béjaïa. Organisée par le comité universitaire du Rassemblement action jeunesse (RAJ), en collaboration avec les directions des œuvres universitaires de Béjaïa et d’El-Kseur, cette manifestation culturelle qui s’étalera jusqu’au 5 mars est dédiée cette année à la défunte militante féministe et présidente de l’association Tiɣri n Tmeṭṭut (Cri de la femme), Nabila Djahnine, assassinée le 15 février 1995, à Tizi Ouzou, à l’âge de 30 ans. 

Une dizaine de troupes, issues de différentes régions du pays, prennent part à cette édition placée sous le thème “La femme combattante et ambitieuse”.  Selon les organisateurs de ce festival, 300 participants ont été accueillis dès samedi 29 février dans les résidences universitaires d’El-Kseur et de Béjaïa.  Une caravane des troupes participantes a déferlé hier matin depuis le théâtre régional Abdelmalek-Bouguermouh de Béjaïa (TRB) vers la place de la liberté d’expression Saïd-Mekbel.

Outre la présentation de pièces théâtrales, de chants et de récitals poétiques, il y a eu des tables rondes et un débat critique, des expositions et travaux d’ateliers sur le 4e art… Au-delà de l’hommage particulier qu’on veut rendre à toutes les femmes militantes à travers Nabila Djahnine, les objectifs assignés à cet événement culturel sont multiples, expliquent les animateurs du RAJ. 

Il s’agit notamment de “donner la possibilité aux femmes de s’exprimer davantage en participant à la promotion de la culture”, “encourager les jeunes femmes, notamment les étudiantes, à dépasser certains tabous de la société”, “contribuer à l’émancipation des femmes en les associant à la prise de décision afin d’instaurer des principes démocratiques, de liberté, de l’équité et d’égalité de sexe” et “découvrir les jeunes talents en créant des espaces de divertissement, d’art et d’échange entre les participants”.
 

K. O. 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER