Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Rencontre sur la production cinématographique et audiovisuelle en Algérie

Plaidoyer pour de nouveaux mécanismes de financement


Des artistes du secteur cinématographique ont appelé, samedi à Oran, à revoir le système audiovisuel, à mettre en place de nouveaux mécanismes de financement de la production cinématographique et un réseau de distribution. 

Dans ce cadre, le chef du bureau d’Oran de l’Union nationale des arts culturels a indiqué, en marge d’une rencontre régionale sur la production cinématographique et audiovisuelle en Algérie, que la structuration de la production cinématographique et audiovisuelle souffre d’un vide terrible d’où la nécessité de revoir les lois régissant ce secteur et d'encourager l’investissement en ce domaine. L’encouragement des investissements dans la production cinématographique passe par l’octroi d’incitations financières, telles qu’une exonération fiscale de 10 ans pour ouvrir les salles de cinéma, permettant ainsi au distributeur de produits cinématographiques de bénéficier de réductions de taxes et de bénéficier en priorité de prêts bancaires tels que des projets  économiques, a ajouté Boualem Abdelhafidh qui a présenté un bilan sur l’état des lieux de la production cinématographique en Algérie et les problèmes rencontrés par les artistes.

Le cinéaste Belfadel Sidi Mohamed a souligné, de son côté, que la production cinématographique est faible en Algérie faute de financement et le secteur privé appréhende de s’investir en n’ayant pas de garanties pour la réussite du produit cinématographique, appelant à la mise en place d’un réseau de distribution des films et l’ouverture des salles de spectacle qui sont fermés. Le metteur en scène Mesri Houari a fait savoir qu’il dispose de films d’humour produits par ses propres moyens financiers, qui nécessitent une distribution pour lui permettre de récupérer ses frais. Pour sa part, l’assistant en réalisation, Nemmiche Abdellah, a proposé de créer de syndicats qui s’occupent des métiers du cinéma et défendent les droits des artistes. 

Organisée par le bureau de wilaya de l’Union nationale des arts culturels, cette rencontre la deuxième après celle consacrée en septembre dernier aux artistes plasticiens, a été une occasion pour l’assistance dont des comédiens, des réalisateurs et des producteurs de soulever des propositions allant dans le sens de développer la production cinématographique en Algérie. 


APS



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER