Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Culture / Culture

Hocine Mezali a animé une rencontre à Alger

“Sionisme, histoire, mythes et personnages” au cœur du débat

Hocine Mezali (à droite) lors de la rencontre. © Nourreddine Louhal/Liberté

Lors d’une rencontre à la librairie Media Book de l’Enag, l’auteur est revenu sur cette enquête minutieuse, à travers laquelle il a questionné les archives, analysé des théories, mais aussi des thèses de doctorat  ainsi qu’une pile de mémoires. 

S’il fallait dévoiler le dessous des cartes du “sionisme”, le mieux aurait été d’élire l’essai de l’écrivain et journaliste Hocine Mezali au rang de livre de chevet afin d’avoir un pied dans l’univers glauque de L’Histoire du sionisme, ses mythes et ses personnages (éd. El Amel), qu’il a présenté dernièrement à l’agora du livre de la librairie Media Book de l’Enag. Secoué par l’auteur jusqu’à l’ultime branche de l’“arbre de la mort” aux racines tentaculaires que l’hideux système du sionisme a ensemencé dans le sol de “Free Palestine”, le lecteur saura, au bout des 630 pages de l’enquête, tout ce qu’il a toujours voulu savoir sur le sionisme, sans jamais oser le demander.

D’où la question de l’orateur : “Qu’est-ce que le sionisme ?” “Le sionisme est le tracas majeur du monde actuel. Pire, le sionisme est la cause de la cassure qui a fragmenté le monde en deux parties, dont l’une a adhéré dans le libéralisme du capital et l’autre qui, pendant ce temps, oscille d’un pied à l’autre pour se frayer sa voie”, a déclaré l’auteur des trois tomes de la La Bataille d’Alger, dont L’Embrasement.

Mieux, l’auteur a passé cinq ans de sa vie à questionner les archives, à analyser des théories, mais aussi des thèses de doctorat, ainsi qu’une pile de mémoires au bout desquels l’auteur de La Tentation du double jeu (éd. Mille-feuilles, 2008) y cueillera le fruit de ses investigations dans les écrits des juifs eux-mêmes.

À ce propos, le tribun a cité ce qu’écrivait Roger Garaudy (1913-2012) au sujet  de la “shoah” (1996) : “Cette figure de proue du Parti communiste français soutient mordicus la thèse négationniste selon laquelle la shoah est un ‘complot sioniste pour justifier et s’autoriser le rêve du Grand Israël’”, a déclaré l’auteur d’Alger, 32 siècles d’histoire (éd. Enag 2015). Modeste, l’auteur freine l’avidité du lecteur en 

déclarant : “Il reste encore des zones d’ombre à élucider, du fait de l’évolution du sionisme qui s’adapte au gré des événements.” S’agissant de l’aspect religieux, l’orateur se défend de “comparer le sionisme au judaïsme ni qu’il verse dans l’antisémitisme”.  “Si le sionisme est associé à la religion hébraïque, il faut toutefois différencier entre le sionisme religieux et le sionisme politique”, a ajouté l’auteur de Ferhat Abbas, un homme, un visionnaire (éd. Dar El-Othmania). 

Autre révélation, le tribun divulgue la réunion secrète de Frankfurt (Allemagne) : “En 1773, Mayer Amschel Rothschild (1744-1812) a exigé sous le sceau du secret de l’alcôve et auprès d’un panel de spécialistes un acte confidentiel que le fondateur de la dynastie banquière des Rothschild a intitulé Les Protocoles des Sages de Sion, dont le libellé convoite de faire main basse sur le monde”, a-t-on su de l’auteur, qui a remémoré pour l’occasion un échantillon de personnalités et d’États dont la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, les Etats-Unis d’Amérique, l’Union soviétique, qui ont apporté leur pierre à l’édification de la doctrine du sionisme et de la création d’Israël.

Et à la lecture du livre de Hocine Mezali, le citoyen lambda aura une vaste vision du “sionisme” et sa place controversée sur l’échiquier universel. Bien entendu, les tractations de coulisses pour d’étroits intérêts pécuniaires et à l’insu de la Palestine ne sont pas en reste. Pour conclure, l’enquête minutieusement fouillée de Hocine Mezali est une source de divulgations et l’utile fonds documentaire pour le chercheur et l’historien : “C’est plus une perquisition dans l’éphéméride de l’histoire qu’une tâche d’historien”, mais qui approvisionnera sans doute l’encrier de l’historiographie, a conclu le conférencier.
 

Nourreddine Louhal
Sionisme, histoire, mythes
et personnages, de Hocine Mezali
(éd. Amel), 630 pages, 1 600 DA.

 

 

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER