Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

43e partie

À tout jamais…

© Dessin/Ali Kebir.

Résumé : Le lendemain de leur mariage, ils reçoivent une visite inattendue. Tewfik est venu les voir. C’est la dernière personne que Kamélia s’attendait à voir. Elle ne sait pas comment se comporter avec lui. Elle sent une boule grossir dans sa gorge. Elle en a perdu la voix. Elle espère qu’il comprendra qu’il fait partie de son passé et qu’il n’a plus aucune place dans sa vie. 

-Tewfik est parti. Il a eu la gentillesse de t’apporter un cadeau.
Kamélia est en train de mettre de l’ordre dans sa chambre. Elle secoue la tête. Elle n’en veut pas. Elle ne comprend pas pourquoi il est venu et pourquoi Idir a été chaleureux avec lui. Elle s’efforce de lui dire ce qu’elle a dans le cœur. Il doit savoir.
-Écoute, je ne veux pas de son cadeau ni de son amitié. Arrange-toi pour qu’il ne revienne plus ici. Je ne tolère pas sa présence.
Idir est embarrassé, car il ne lui a pas tout dit.
-Ma chérie, il a l’intention de revenir accompagné de sa famille, lui apprend-il, alors qu’elle écarquille les yeux. Je lui ai dit de nous prévenir avant. Je m’excuse mais je ne pouvais pas refuser.
-Si, tu le pouvais. Et puis, tu aurais dû me consulter avant. Sa famille n’est pas venue au mariage, lui rappelle-t-elle. Ils me tiennent toujours pour responsable du drame qu’ils ont eu dans leur vie. Comme si j’avais le pouvoir de faire disparaître et réapparaître les gens. 
-Je suis sûr qu’ils regrettent tout ce qu’ils ont dit ou fait, assure Idir. Si tu veux, un jour, on ira les voir. Pour qu’ils sachent que, toi, tu es passée à autre chose.
Kamélia s’est assise sur le bord du lit et il en fait de même. Il lui prend la main et y met le cadeau de Tewfik. Kamélia la retire comme s’il l’avait brûlée. La boîte tombe à ses pieds et s’ouvre, dévoilant son contenu. 
-Je ne te connaissais pas si maladroite.
-Je n’en veux pas !, dit-elle, le cœur au bord des lèvres. Je t’en prie, jette-le. Je n’en veux pas à la maison.
-Mais qu’est-ce qui te prend ? C’est juste un cadeau.
-Je ne peux pas t’expliquer. Mais je ne sais pas. Je n’en veux pas et tu ferais bien de respecter mes sentiments, lui dit-elle. D’ailleurs, je ne te comprends pas. Pourquoi veux-tu les accueillir dans notre vie ?
-C’est un ami. Il a traversé de dures épreuves. Et je n’ai pas le courage de le rejeter.
Le téléphone sonne, et Kamélia s’empresse d’aller répondre. C’est sa mère. Elle s’inquiète.
-Rassure-moi. Vous n’allez pas tarder à venir. Les invités s’impatientent. Sa famille surtout. 
-On ne devrait pas tarder, promet Kamélia. On sera là dans un quart d’heure.
Elle raccroche et se tourne vers Idir. Il sourit. Il ne veut pas se fâcher avec elle. Mais elle ne parvient pas à répondre à son sourire. La visite de Tewfik a gâché leur première journée de mariage.
-T’es vraiment fâchée ?
-Non. Allez, prends ta veste. Si on tarde, ce seront nos parents qui se fâcheront. Je ne veux plus parler de lui. 
 

(À SUIVRE)
T. M.
taosmhand@yahoo.com
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER