Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

13e partie

Les feuilles de l’automne

© Dessin/Ali Kebir

Résumé : Sarah avait dormi cette nuit-là sans faire de cauchemars. Elle se réveille plus gaie et prête à affronter une longue journée de travail. 

Sarah se sentait légère et de bonne humeur. Elle déjeune à la hâte vers la mi-journée, puis décide d’appeler Farid. Elle ne sait pas pourquoi à cette pensée son cœur s’est emballé. Un sourire effleure ses lèvres. Elle se surprend à repenser pour la énième fois à cet homme qui lui avait sauvé la vie.
Une sonnerie, puis deux, et on décroche.
- Oui. Allô !
- Bonjour, c’est bien Farid ?
- Oui.
- C’est Sarah.
- Ah, bonjour Sarah. Cela va-t-il mieux ?
- Oui. On peut dire que je vais beaucoup mieux aujourd’hui.
- Bien. Et la voiture ? Tu as pu la faire remorquer ?
- Bien sûr, mais elle est toujours chez le tôlier.
- Je sais, mais je pense que les réparations ne prendront pas beaucoup de temps.
- Je l’espère, car en ce moment je me sens perdue sans mon véhicule.
- À la bonne heure, toi qui voulais te suicider il y a quelques heures à peine !
Sarah pousse un long soupir.
- Oui. Mais prend cela pour un coup de folie.
- Je le pense bien. Ne pense surtout pas que tu es la plus malheureuse sur terre pour arriver à vouloir mettre fin à ta vie.
- Parfois je le pense réellement. Tant que je vis avec mon frère et sa femme, ma vie est un éternel enfer. 
- Tu es aussi malheureuse que ça ?
- Oui. Et même plus que tu ne le penses. Depuis la mort de mes parents, je ne retrouve plus mon chemin.
- Je comprends, Sarah. Tu devais être très attachée à tes parents.
- Il n’y a pas que cela. Je suis une femme très susceptible, et il n’est pas facile pour moi de supporter certaines choses. 
- Certaines choses ?
- Oui. Je ne vais pas abuser de ton temps, Farid, en te racontant ma vie. Je voulais juste te remercier.
- Mais il n’y a pas de quoi, ma 
chère.
- Ah si, si. C’est grâce à toi que je suis toujours en vie.
- Non. C’est plutôt grâce à Dieu. La vie et la mort sont entre Ses mains et seule Sa volonté est faite. Mais, dis-moi Sarah, pourquoi t’entêtes-tu à supporter les humeurs de ta belle-sœur et de ton frère ? Tu devrais mieux prendre ta vie en charge.
- De quelle manière ?
- Je ne sais pas, moi. Déménager par exemple. T’installer plutôt chez toi et vivre à ta guise. 
- J’y ai déjà pensé. Mais je suis l’héritière légitime de l’appartement de mes parents. Mon frère devait déménager il y a bien longtemps. Mais depuis le décès de ma mère, sa femme refuse de quitter la maison et, à chaque fois, ce sont les mêmes problèmes qui ressurgissent, à savoir que je suis célibataire et qu’il a une famille à charge et que c’est à lui que devait revenir cet appartement.
- Tes parents te l’ont légué, non ?
 

(À SUIVRE)
Y. H.
y_hananedz@yahoo.fr
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.

 

 

 

 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER