Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

14e partie

Les feuilles de l’automne

© Dessin/Ali Kebir

Résumé : Sarah avait appelé Farid pour le remercier et lui dévoiler une partie de ses malheurs, dont la cause principale est un appartement légué par ses parents que son frère voulait accaparer.

Sarah pousse un soupir.
- En bonne et due forme, Farid. Et, justement, parce que je suis une femme et que mon frère gagne bien sa vie et peut s’acheter un appartement quand il voudra et où il voudra.
- Voila qui explique tout. Tu sais que tu peux le mettre dehors, Sarah ?
- Oui. Mais où puiser le courage de fermer la porte au nez de mes petits neveux ? Ils sont tellement innocents.
- Mais pas leurs parents.
Sarah pousse encore un soupir :
- Tu vois, Farid, je suis arrivée à me demander si à ce rythme ma vie en vaut la chandelle. 
- Tu devrais savoir, petite sotte, que ton frère et ta belle-sœur sont en train de mettre la pression sur toi pour que tu quittes justement cet appartement.
- Je l’ai déjà compris. Mais où est la solution ? Je ne vais tout de même pas louer un appartement qui va me coûter les yeux de la tête, alors que j’ai déjà un appartement spacieux et bien situé.
- Je te comprends, Sarah. Je comprends mieux maintenant les causes de ton pessimisme, mais je t’assure que cela ne vaut pas la peine de se torturer, même si parfois tu trouves qu’on est injuste envers toi.
- J’essayerai de mieux cerner le problème dorénavant.
- On verra. Eh… Comment feras-tu pour rentrer ?
- Je prendrai un taxi.
- Un taxi pour te rendre au travail, un taxi pour rentrer… À ce rythme-là, c’est ton salaire qui va y passer, avant que tu ne récupères ton véhicule.
- Oui, mais ai-je le choix ?
- Bien, Madame. Pour ce soir, vous aurez le choix si je vous propose de vous déposer chez vous, et si vous ne voyez toutefois pas d’inconvénient.
Sarah sentit son cœur s’emballer.
- J’aimerais bien, Farid, si toutefois cela ne te dérange pas.
- Aucunement, puisque je serai libre cet après-midi. 
- Bien. Alors, retrouve-moi au niveau de l’avenue M., au centre-ville. 
- Parfait. À 17h précises j’y serai. 
Ils raccrochèrent et Sarah retourne à ses occupations. 

(À SUIVRE)
Y. H. 
 y_hananedz@yahoo.fr
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER