Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

15e partie

Les feuilles de l’automne

© Dessin/Ali Kebir

Résumé : Sarah confie ses malheurs à Farid. Ce dernier tente de la réconforter et lui propose de venir la récupérer de son travail en fin de journée. La jeune femme en est heureuse.

Farid vint la récupérer à l’heure prévue. Ils firent un tour en ville, puis Farid propose :
- Et si on allait voir ton véhicule chez le tôlier ?
- J’aimerais bien, mais je ne pense pas qu’on ait entamé les réparations depuis hier. Déjà que pour le dépanneur c’était tout un problème pour acheminer le véhicule jusqu’en ville. Les vitres sont cassées et la tôlerie a subi des dégâts assez sérieux.
- Je sais. C’est pour cela qu’il faut de temps à autre faire une virée chez ton tôlier, sinon les choses vont traîner davantage. 
- Tu as raison, Farid. Mais nous les femmes, nous ne sommes vraiment pas douées ni pour la mécanique ni pour la tôlerie. Les clous et le métal ont toujours été une affaire d’homme. 
- C’est pour cela que je te le propose. Un homme sait ce qu’il faut faire dans pareil cas. Au fait, et ton frère ?
- Quoi mon frère ?
- Pourquoi ne s’occupe-t-il pas un peu de toutes ces choses qui te dépassent ? Tu l’héberges bien, non ?
Sarah lui jette un regard courroucé avant de répondre :
- Tu veux rire, Farid ?
- Moi ? Mais pas du tout. Pourquoi ?
- Eh bien, tout simplement parce que pour mon frère je n’existe même pas. Il n’est d’ailleurs pas au courant de l’accident.
- Tu veux dire de ton intention de te suicider.
Sarah sourit.
- Absolument. D’ailleurs, c’est par dépit que j’ai pensé au suicide. C’est lui et sa femme qui me mènent la vie dure à tel point que j’ai fini par penser que mon existence ne valait plus la peine d’être vécue.
- Et le perdant dans tout cela, c’est qui ?
Sarah baisse la tête et répond d’une petite voix :
- Bien sûr. C’est moi.
- Tu vois, Sarah, ta mort les aurait plutôt arrangés. Ils auraient définitivement pris possession de l’appartement sans aucune gêne ni crainte d’avoir à répondre demain devant les tribunaux. 
- Tu as raison, Farid. Mais j’avoue que sur le coup je n’avais pas réfléchi.
- Dans la vie, il faut toujours réfléchir, et bien réfléchir avant d’entamer quoi que ce soit.
 

(À SUIVRE)
Y. H.
 y_hananedz@yahoo.fr
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER