Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

50e partie

L’intruse

© Dessin/Ali Kebir

Résumé : Sadjia mettra sa mère au courant des intentions d’Amir. Faïza est un peu surprise, mais se rend compte aussi qu’il était temps pour elle de se préparer à se séparer de ses enfants. Chacun doit faire sa vie.

Elle soupire.
-Chacun entamera le grand virage de son existence et nous devons revenir au point de départ, ton père et moi, et nous apprêter à vieillir seuls et loin de tous.
-Hein ? Et moi donc ? Que fais-je ici ?
Faïza lui caresse la joue.
-Toi ? Mais ma fille, tu vas toi aussi faire ta vie. Ou bien vas-tu opter pour le célibat éternel ? Je te préviens que cela ne sera pas du tout une bonne affaire pour toi. Car nous n’aimerions pas quitter cette vie en te laissant affronter une terrible solitude. Tu devrais songer à ton avenir, tant que nous sommes encore de ce bas monde.
Sadjia demeure silencieuse un moment, puis reprend :
-Nesrine épousera Amir. Elle aura alors un nom sur un livret de famille, et deviendra une femme comme toutes les autres. Elle aura des enfants, les élèvera et oubliera tous ses malheurs passés.
-Oui. Mais le passé ressurgit toujours. Si ce n’est dans la réalité, ce sera dans les esprits. C’est pour cela que je devrais mettre Amir en garde.
-Contre quoi ?
-Contre tout dérapage dans la vie. Un couple est appelé à vivre jusqu’à la fin de ses jours. Il aura le temps d’affronter la joie, la félicité, le malheur, les disputes, etc. Et je n’aimerais pas qu’un jour Amir brandisse devant sa femme le spectre de son passé.
Sadjia déglutit.
-Voilà que je commence à mieux comprendre les choses. Mais cela sera aussi valable pour n’importe quel autre homme.
-Non, pour Amir, nous sommes un peu cette roue de secours à laquelle Nesrine s’est accrochée. Il connaît son passé et sa situation. L’amour rend les gens aveugles, et lorsqu’ils sortent du long tunnel des sentiments, ils se rendent parfois compte qu’ils avaient fait fausse route. C’est ce que je ne souhaite pas pour ton frère. Mais pour un autre homme, Nesrine est notre fille, et nous sommes tous derrière elle. Qu’il découvre son passé ou tente de l’ignorer, il sera toujours un étranger et ne perturbera pas les liens familiaux.
-Tu appréhendes donc les répercussions de ce mariage.
-Oui, un peu. Néanmoins, je vais en parler à ton père, et nous allons tenter d’aborder le sujet avec Amir. Je ne pourrais donner mon consentement qu’après avoir évalué toutes les chances de réussite dans cette union. Dans le cas contraire, je remettrai moi-même les pendules à l’heure. 
Elle se lève et tapote la joue de la jeune fille.
-Quant à toi, je devrais te conseiller d’aller à la rencontre du prince charmant, si ce dernier se présente. La vie réserve des surprises, et je n’aimerais pas te savoir malheureuse, Sadjia.
 

(À  SUIVRE)
Y. H.
y_hananedz@yahoo.fr
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus. 

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER