Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

15e partie

Maya

© Dessin/Ali Kebir.

Résumé : Le jeune couple se retrouve. Bien qu’elle ait l’estomac un peu noué, Samia apprécie la compagnie de Djamel. Ce dernier met de la musique pour détendre l’atmosphère. La jeune fille dévoile qu’elle était élève au conservatoire et qu’elle jouait du violon. 

Samia sourit.
-Cela fait des années que je n’ai pas touché à cet instrument.
-Les réflexes reprennent toujours le dessus quand ils sont bien ancrés.
-Exact. J’ai encore l’impression de tenir un violon entre mes mains et de décortiquer un solfège à chaque fois que j’entends un orchestre jouer.
-Tu vois ! Donc cela vaut largement la peine d’acheter cet instrument.
Djamel s’arrête devant une petite auberge au bord de la route.
-Nous allons nous arrêter ici. Cet endroit est très agréable et le service y est excellent.
-Je te fais confiance dans ce domaine. Moi, je ne sors pas souvent. Donc, je ne connais pas grand-chose à ces lieux de détente.
Elle descendit prestement du véhicule et suit le jeune homme, qui lui cède le passage pour la laisser pénétrer dans une grande et belle salle au décor ancien et savamment recherché. Il l’oriente vers une table non loin d’une grande fenêtre qui donnait sur une baie, ils s’y installent avant de passer commande.
-Alors, comment te sens-tu, 
Samia ?
-Bien. Je suis détendue. Cet endroit semble propice à la méditation.
Djamel ébauche un sourire.
-Oui, tu peux méditer ma chère, car le temps nous est compté. 
Un serveur vint déposer devant eux des tasses de thé fumantes et des assiettes pleines de petits gâteaux fourrés au chocolat et à la vanille.
-Ces gâteaux ont l’air exquis. 
-Il ne faut surtout pas les écraser comme ceux d’hier. 
Elle rit.
-Ceux-ci, je vais les déguster. 
Elle prend une gorgée de thé et goûte à un gâteau avant de revenir à leur conversation.
-Tu disais que le temps nous était compté, Djamel. Pourquoi ?
-Eh bien ma chère, c’est parce que les Mayas ont prédit la fin du monde pour 2012.
-Les Mayas ?
-Oui. Tu dois avoir entendu parler de cette ancienne civilisation qui a disparu. 
-Mais bien sûr, l’interrompt-elle. Je suis même très passionnée par les recherches dans le domaine des anciennes civilisations, comme entre autres celles des Aztèques, des Pharaons, des Romains.  Il fronce les sourcils, puis lui jette un regard malicieux avant de sourire.
-Eh bien, je vois que j’ai affaire à un érudit.  Elle agite sa main.
-Mais non ! Je suis juste une femme qui lit énormément. Cependant, je ne vois pas où tu veux en venir en disant que les Mayas avaient prédit la fin du monde pour 2012.
Il hausse les épaules.
-Je l’ai lu quelque part. Et puis, cela avait aussi été médiatisé à travers la planète. Tout le monde s’attendait donc à ce que l’année 2012 soit celle de la fin du monde.
Elle secoue la tête.
-Quelles balivernes ! Les Mayas utilisaient un calendrier bien différent du nôtre. Comment pourrait-on expliquer leur prédiction pour une fin du monde en 2012 ?
-C’est simple, les Chinois ont recalculé les dates et ont conclu que la prédiction des Mayas pourrait se réaliser vers 2012.
-Alors, il ne nous reste que quelques années à partager ensemble.
-Tout à fait, répondit Djamel d’un air tellement sérieux que Samia éclate franchement de rire avant de lancer :
-Arrête de jouer au trouble-fête. Et si cela peut te rassurer, je rajouterai autre chose à ton tableau de chasse. Michel Nostradamus avait prévu une troisième Guerre mondiale qui doit durer 27 ans et sera déclenchée par les Chinois. Donc, je dois conclure que ces derniers se sont totalement gourés dans leurs calculs.
-Et tu crois que Nostradamus a raison ?
-Pourquoi pas, puisque ses premières prédictions pour la Première et Deuxième Guerres mondiales s’étaient avérées exactes.
-Simple coïncidence peut-être. 
Elle secoue encore la tête.
-Alors même si la Terre s’arrêtera de tourner en 2012, nous en déduirons aussi que c’est une simple coïncidence. 
-Nous ne serions plus là pour le déduire. 
-Eh bien, nous le ferons dans un autre monde. 
Il rit, puis reprend :
-Tu dois aimer autant la lecture que les arts.
-Oui. Énormément. J’aime me cultiver. Pas plus tard que la semaine dernière, j’ai découvert un ouvrage qui parlait des Pharaons et de leur impressionnante civilisation. L’auteur de l’ouvrage, un historien passionné de recherches anciennes, pense que ces derniers n’étaient autres que des extraterrestres venus d’un autre univers. Ils avaient vécu il y a 4000 ans dans le désert de Gizeh en Égypte et érigé des pyramides dont les plans et les bases de construction échappent jusqu'à nos jours aux plus hardis des architectes. Même qu’ils avaient découvert des remèdes contre beaucoup de maladies jugées incurables de nos jours, comme le cancer. Certains chercheurs, n’ayant pas pu déchiffrer tous les papyrus, ont préféré abandonner la partie ; d’autres avaient des éléments de recherche en main, mais n’avaient pas retrouvé certains enseignements de base que des pilleurs avaient tout bonnement détruits. Je pense qu’un jour, si cela m’est possible, j’irai visiter ces temples qui cachent tant de secrets. Qu’en dis-tu, Djamel ?
 

(À SUIVRE)
Y. H.
y_hananedz@yahoo.fr
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER