A la une / Des Gens et des Faits

79e partie

Maya

© Dessin/Ali Kebir

Résumé : C’est les grandes retrouvailles entre Maya et son père. Ce dernier n’en revient pas de revoir sa fille, et Maya est aussi surprise que lui d’être enfin dans sa famille. Ils sont tous les deux très émus. 

Djamel lui entoure la taille.
-Je peux dire que la surprise de te retrouver enfin est telle que j’ai oublié mes bonnes manières. Rentrons. Sois la bienvenue chez toi, ma fille.Il entrouvrit la grille et lui cède le passage, avant de la refermer. Maya suit son père à l’intérieur du jardin. 
-Il n’y a plus dans cette maison depuis bien longtemps que ta grand-mère et moi. Ton grand-père est mort depuis quelques années.
-Mais ma grand-mère est encore de ce monde, et je pourrais faire sa connaissance.
-Oui. Naturellement… Seulement, je te préviens : elle est âgée, malade et impotente. Parfois elle perd la mémoire et ne se rappelle plus de rien.
-C’est tout de même ma grand-mère et j’aimerais la rencontrer. Peut-être pourra-t-elle reconnaître sa petite-fille.
-Cela m’étonnerait. Mais qui ne tente rien n’a rien… (Il rit) Tu vas voir, nous allons lui faire une petite surprise. Il faisait chaud et douillet dans le salon de l’entrée. Une lumière tamisée diffusée par des appliques donnait à l’atmosphère un air de sérénité. Maya est émerveillée par le décor. On se croirait dans un ancien hôtel de luxe.
-C’est vraiment beau, papa.
-Qu’est-ce que tu trouves beau ?
-Tous ces meubles anciens et ces bibelots. Le décor est vraiment super. Djamel sourit.
-J’ai fait en sorte que tout reste comme autrefois.
-C’est magnifique.
Il l’oriente vers un coin reculé de la grande pièce. Une vieille femme était assise dans un fauteuil roulant, les jambes recouvertes d’une couverture. Une infirmière s’occupait d’elle, et à ce moment précis, elle lui donnait ses médicaments. 
Djamel prend la main de Maya et s’approche de sa mère. Cette dernière le regarde, puis jette un coup d’œil à la jeune fille.
-Qui est-ce, Djamel ?
-Une jeune fille…
-Je vois. Enfin, tu te décides à prendre femme. Depuis le temps que je te le demande. Djamel et Maya éclatent de rire.
-Pourquoi riez-vous donc, jeune dame ? J’ai dit quelque chose qui vous offense ? Elle se soulève un peu et tente de regarder Maya bien en face.
-Approchez.
Le ton était ferme et autoritaire. C’était plutôt un ordre qu’une invitation.
Maya jette un regard interrogateur à son père qui hoche la tête positivement. La vieille femme prend le bras de Maya, avant de s’écrier :
-Mais je te connais toi !
-Hein ? 
Djamel s’agenouille devant sa mère.
-Tu connais cette jeune fille, maman ?
-Mais bien sûr voyons… C’est Samia. C’est Samia ta femme…
Elle affiche une moue dédaigneuse avant de poursuivre :
-Petite vaurienne. Mais où étais-tu donc passée durant toutes ces années.
 

(À SUIVRE)
Y. H.
y_hananedz@yahoo.fr
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.