Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / Des Gens et des Faits

4e partie

Ramdaniet

© Dessin/Ali Kebir

Résumé : La vieille Halima est dotée d’un mauvais caractère. Durant le Ramadhan, elle devenait si arrogante qu’on tentait d’éviter ses colères. Au moment du f’tour, elle prend un air courroucé et s’en prend à son entourage, en particulier à ses brus.

Le lait de la vieille
Les deux belles-filles rougirent jusqu’à la racine des cheveux et se regardèrent, étonnées.
-Vous êtes complices toutes les deux. Je le sais. Vous voulez vous débarrasser de moi. Hein ? 
Eh bien, méprenez-vous. 
C’est moi qui vais me débarrasser de vous et tout de suite ! Allez ! Ouste ! Prenez vos affaires et quittez cette maison ! 
Que je ne vous revoie plus ! 
Allez, qu’attendez-vous ?
-Mère, s’écria Farouk, le cadet. 
Tu perds la tête ou quoi ? 
Qu’ont donc fait ces deux malheureuses pour mériter toute cette hostilité ?
-La tête, c’est toi et ton frère qui la perdez. Vous regardez vos femmes dans les yeux, et elles vous mèneraient par le bout du nez si vous ne m’aviez pas. 
-Je ne veux pas que Naïma quitte le foyer sans que je sache pourquoi !, dit Ahmed.
-Moi non plus, rétorque Farouk. Je veux savoir qu’a bien pu faire Saliha ?
-Eh bien, si vous voulez le savoir, je vais vous dire moi, ce qu’elles ont fait : elles ne m’ont pas versé mon verre de lait, et sans mon lait, je ne peux rien prendre. 
Mais c’est simple à deviner : elles veulent me voir crever ! Je le sais !
Les deux hommes se regardèrent et leurs épouses respectives éclatèrent en sanglots.
-Ce n’est donc que ça ?, dit Ahmed.
-Eh bien, ça ne te suffit pas ? Qu’attends-tu pour répudier ta femme ?
-Tu exagères, mère, lance Farouk. Laisse donc ces femmes rompre le jeûne et ensuite... 
-Jamais sous mon toit !, s’insurge la vieille femme. Elles n’ont qu’à retourner d’où elles viennent. Le jeûne, elles le rompront chez leurs parents.
-Eh bien, cette fois-ci nous les suivrons, dit Ahmed en se levant.
-Sortez tous d’ici, enfants du diable, je ne veux personne chez moi.
Les deux couples quittèrent la maison et ne revinrent qu’après la fête de l’Aïd, la vieille Halima les ayant autorisés à réintégrer le foyer.


(À  SUIVRE)
Y. H. 

 y_hananedz@yahoo.fr
Vos réactions et vos témoignages sont les bienvenus.



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER