Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Agacement

Les manifestations hebdomadaires de la communauté universitaire à Alger et à Bordj Bou-Arréridj ne se sont pas passées dans la sérénité, comme lors des 32 mardis précédents. Non que les étudiants et les citoyens qui manifestent à leurs côtés ont abandonné le sourire qui a caractérisé et suscité l’admiration planétaire de la révolution populaire depuis le 22 février, mais à cause de la répression policière et des provocations d’une bande de “baltaguia” qui s’est signalée à Constantine. Nul doute que le cran élevé ainsi ajouté dans la répression procède d’un agacement face à une mobilisation populaire demeurée extraordinairement intacte huit mois après son avènement et qui, donc, menace sérieusement de faire échec à la feuille de route du régime. Et ce pourquoi d’ailleurs, le régime panique à mesure qu’approche l’élection présidentielle qui demeure une échéance hypothétique, malgré tout l’investissement politique et matériel que le pouvoir y a consenti. À l’ouvrage, le chantier politique qu’il a lancé lui est apparu dans son immense difficulté. 
Les Algériens refusent de souscrire à l’agenda du régime et réitèrent leur revendication d’une transition politique en dehors du système et de ses symboles. Le désarroi du régime s’est accentué, pour sûr, avec l’incapacité criante de l’Anie à convaincre de son autorité sur le processus électoral et qui, du coup, manque d’influer positivement sur le comportement des électeurs. Cela dit, si elle trahit un agacement, la répression prépare en même temps le coup de force électoral. Les violences, les arrestations musclées et les détentions préventives ont pour objectif, tout le monde l’aura compris, d’affaiblir la mobilisation populaire, sans quoi l’échéance électorale, qui approche à grands pas, est compromise. 
Cependant, il n’est pas dit qu’avec le recours à la répression le régime parviendra à mater la révolution. Celle-ci triomphera de toutes les provocations si elle reste pacifique, comme elle l’a admirablement fait jusque-là. Et il n’y a pas de raison de douter de sa capacité à garder ce caractère. Le régime est désarmé face à la révolution du sourire. 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER