Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

editorial / ACTUALITÉS

Saha aidkoum… quand même !


Il n’y aura pas de fête de l’Aïd cette année. Au mieux, ce ne sera jamais comme avant. C’est sur cette note pessimiste, triste, particulièrement pour les familles qui devront faire avec cette inédite situation provoquée par le coronavirus qui a bouleversé les habitudes, que l’on va aborder cette célébration intimement liée aux mœurs. Et impose de nouveaux comportements. 

Si les Algériens ont globalement apprécié l’année 2019 avec ses événements exceptionnels qui s’est achevée avec un bilan que l’on peut conjuguer à la “fierté” qu’ils en tirent des épisodes politiques qui ont culminé avec le départ du président Bouteflika et de sa clique, même si l’on garde encore ce goût d’inachevé, on ne retiendra de 2020 que la contrainte qui a affecté jusqu’au simple mouvement du citoyen. D’un coup, tout semble à l’arrêt quand bien même des pratiques, que l’on croyait bannies et “parties” avec le départ du système Bouteflika, continueraient de faire l’actualité parallèlement avec la pandémie. Un passage obligé aussi surprenant qu’il ne laisse aucune place pour la négociation tant, comme on dit “il nous est tombé sur la tête”. 
C’est dans ce contexte stressant que la fête de l’Aïd, qui boucle un mois de Ramadhan tout aussi particulier, intervient et que les Algériens sont appelés à vivre non pas comme un heureux événement qui réunit la famille et les amis mais comme un instant à “affronter” parce qu’il s’inscrit dans le sillage du corona qui dicte la conduite à suivre en ces circonstances. Autant donc faire avec. 
Pourquoi se plaindre dès à présent de rater ces joyeux moments de l’Aïd dès lors que l’on sait qu’il y a le pire qui risque d’advenir. Un avenir immédiat fait des conséquences, notamment économiques, de la pandémie de coronavirus, auquel il faut se préparer. Des conséquences nettement plus “douloureuses” que le ratage de l’Aïd ou le confinement. Car les effets de la crise financière seront les plus dures à surmonter : il n’y a pas de solution immédiate pour les effacer.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER