Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Cité Abid-Ali à Sétif

Dépourvue d’école primaire et de collège


Les habitants de la cité des 500 logements publics locatifs, communément appelée cité Abid-Ali, qui compte 3702 unités tous segments confondus, dénoncent l’absence d’établissements scolaires, notamment les écoles primaires et le collège dans leur cité. La municipalité chargée de la programmation et de la réalisation des établissements du primaire n’a pas suivi la dynamique de réalisation de logements dans cette cité éloignée du centre-ville.

En effet, un représentant des habitants a indiqué à Liberté que l’absence d’une école dans ladite cité a poussé les parents à inscrire leurs enfants à l’école Acila-Ammar d’El-Sfiha, distante de près de deux kilomètres. Tout aurait été normal si l’établissement était plus grand et la spécificité, à savoir l’éloignement de l’école de ladite cité, aurait été prise en considération par le chef d’établissement. “L’école Assila n’a pu contenir les élèves des deux cités, à savoir ceux d’El-Sfiha et ceux de la cité Abid-Ali.

Le recours à la double vacation et à la surcharge des classes n’a pas réglé le problème”, nous dira Mohamed, un parent d’élève. Pis encore, les parents sont actuellement confrontés à un autre problème. Les horaires d’entrée et de sortie de l’école ne sont pas adéquats avec les horaires de travail des parents. “Je travaille à 8h, et ma fille inscrite en première année doit être à l’école à 10h. Je ne peux pas l’accompagner, car je ne peux pas quitter mon poste de travail et je ne peux pas la laisser aller toute seule à l’école à cause de l’éloignement et de l’impraticabilité de la route qui n’est pas encore viabilisée”, nous dira une parente d’élève. 

De son côté, Mohamed a indiqué que les élèves de première et deuxième années primaires sortent très tard. L’absence de transport scolaire est un autre problème. L’APC de Sétif a d’importants moyens financiers qu’elle peut consacrer au transport scolaire en attendant l’ouverture des établissements. Cela permettra de les accompagner et du coup leur épargner les dangers de la route qui connaît un grand trafic de camions, semi-remorques et autres engins de travaux publics, car des centaines de logements sont toujours en cours de réalisation.

Par ailleurs, nous avons appris que les chantiers de réalisation desdits établissements sont à l’arrêt. Des représentants des habitants de la cité ont interpellé les responsables à prendre leurs doléances en considération et trouver les solutions nécessaires à ce problème afin d’assurer une scolarité dans des conditions décentes pour les enfants de la cité avant que la situation ne s’envenime avec la distribution des logements en cours de réalisation.
 

FAOUZI SENOUSSAOUI



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER