Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Université des sciences islamiques de Constantine

Inscription de 100 étudiants en langue et lettres turques

© D.R

Le nombre d’étudiants inscrits au cursus  universitaire “langue et lettres turques” à l’université des sciences  islamique Émir-Abdelkader de Constantine depuis l’introduction en 2013 de  cette spécialité est de l’ordre de 100 apprenants a indiqué le doyen de la faculté des lettres et de la civilisation islamique auprès de  cette institution d’enseignement supérieur. “Pour l’année universitaire 2019-2020, 55 nouveaux bacheliers ont opté pour la spécialité langue et lettres turques”, a précisé M. Noureddine Teniou, en marge de la cérémonie d’ouverture de la nouvelle année universitaire, rappelant que la spécialité en a accueilli 40 à la précédente année universitaire. Relevant “l’intérêt grandissant” pour cette spécialité, le même  responsable, qui a souligné que cette spécialité, obéissant au système LMD  (licence-master-doctorat) est encadrée par onze (11) enseignants, dont  trois de nationalité turque, a relevé que la première promotion, sortie en  2017, englobait 36 étudiants en licence et 18 autres en master. Au cours de la cérémonie d’ouverture de l’année universitaire 2019-2020, à  laquelle a pris part l'ambassadrice de la République d’Indonésie en  Algérie, Safira Mashrusah, le recteur de l’université Émir-Abdelkader, Saïd Derradji, a indiqué que 1 202 nouveaux étudiants ont rejoint cette institution d’enseignement supérieur au titre de cette nouvelle saison. Ce nombre porte l’effectif global de l’université à plus de 7 368 étudiants répartis sur les filières sciences humaines et sociales, sciences économiques, commerciales et gestion, langues et littérature, a-t-on souligné. L’ambassadrice d’Indonésie en Algérie, qui a effectué une visite de trois  jours à Constantine, a assisté à l’université des sciences islamiques  Émir-Abdelkader, à l’ouverture d’une exposition dédiée au Président  indonésien Ahmed Sukarno (1901-1970), premier chef d’État de la République  d’Indonésie (1945-1967). Elle a également pris part à une rencontre, à la même université, sur  la  conférence de Bandung, tenue en 1955 en Indonésie et qui avait réuni, pour  la première fois, les représentants des pays non alignés, africains et  asiatiques.

APS


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER