Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

En prévision de la préparation du congrès national

La profession d’architecte et le code des marchés en débat à Sétif

© D. R.

La salle de conférences de l’hôtel Novotel Sétif a abrité hier les travaux de la session ordinaire de l’ordre des architectes de Sétif. Le conclave auquel ont pris part des architectes affiliés au Cloa de Sétif a été une occasion pour débattre de quatre sujets et thèmes d’actualité qui seront, selon le président Tarek Khalfa, soumis aux travaux du congrès national thématique des architectes qui se déroulera en janvier 2020 à Alger.

Il s’agit du règlement intérieur de la profession, des modifications du code des marchés publics, du code des devoirs professionnels de l’architecte et du code des architectes stagiaires. “Les modifications du code des marchés qui seront proposées à l’assemblée nationale durant le congrès concerneront notamment le volet inhérent à la profession. On vise un accès plus facile des marchés, car l’architecte ne doit en aucun cas être soumis aux mêmes conditions que l’entrepreneur.

L’architecte doit être jugé pour ses compétences artistiques et non par rapport au nombre de travailleurs qu’il a dans son bureau”, nous dira le président du conseil local de l’ordre des architectes de Sétif, Tarek Khalfa, qui a tenu à préciser aussi que l’architecte doit être évalué pour son œuvre architecturale qui entre dans le cadre de l’amélioration du cadre bâti et pas pour d’autres considérations. Par ailleurs, un atelier a été consacré la déontologie de la profession, voire aux devoirs des architectes envers l’organisation les regroupant et envers leurs confrères.

À cet effet, des articles ont été débattus dans une interactivité et transparence totale. Les devoirs et droits des stagiaires ont aussi été abordés dans un atelier. Les points relatifs aux stages et les lois qui régissent leur encadrement ainsi que la période du stage ont été longuement débattus.

“Notre souci est l’amélioration de la qualité de la formation dans son volet pratique et, du coup, permettre un meilleur déploiement des nouveaux confrères, car il faut reconnaître qu’on compte pas moins de 600 architectes avec 50 nouveaux stagiaires chaque année. On peut parler d’une saturation”, a conclu notre interlocuteur. Lors du conclave, les architectes ont aussi évoqué les différents articles du règlement intérieur régissant l’ordre au niveau local et national.
 

FAOUZI SENOUSSAOUI 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER