Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

L’Algérie profonde / Est

Réalisation de routes sur terrain instable à Mila

Le recours aux techniques d’enrochement devient la règle

©D. R.

Pour prémunir les routes des aléas causés par les mouvements du sol, on recourt de plus en plus et systématiquement à Mila aux techniques dites d’enrochement.
Le procédé consiste notamment à renforcer le terrain par le dépôt de masses de pierres sur le tracé de la route à construire avant la pose de l’asphalte. Le procédé consiste également à stabiliser les flancs des routes par de grosses pierres déposées pêle-mêle ou en gabions. En raison de la nature glissante des terrains de la région, la plupart des routes en construction actuellement sont renforcées par des enrochements. C’est le cas des deux routes d’évitement nord de la ville de Mila et de la RN 27, qui connaît actuellement des travaux de réhabilitation dans la localité de Tyayba.
En effet, le contournement ouest de la ville de Mila, une route d’environ 8 kilomètres devant relier le centre universitaire Abdelhafid- Boussouf au pont de Ferdoua, sur la RN 27, connaît d’importants travaux de consolidation par enrochement après les glissements de terrain qui l’ont affectée au printemps dernier. Coûteuse, la technique est réservée aux endroits les plus fragiles.
Sur la route d’évitement en question, le procédé sera utilisé sur environ une centaine de mètres, soit sur le tronçon qui a fait montre de signes apparents d’instabilité.
S’agissant de la RN 27, où les travaux de stabilisation viennent d’être lancés, elle est traitée à la fois par des masses de pierres étalées sur la chaussée et par des gabions horizontaux en pierres concassées construits sur son flanc nord. Signalons qu’en plus des glissements de terrain qui les affectent par endroit, les routes de la région sont, depuis l’ouverture du terminal portuaire de Djendjen, dans la wilaya de Jijel, sérieusement ébranlées par les camions de gros tonnage qui transitent par la région.

Kamel B.


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER