Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

Auto / Événement Auto

PLUS DE 3 000 ACCIDENTS MORTELS DUS À SON USAGE

Téléphone au volant : la nouvelle machine à tuer !

©D. R.

Il était établi, depuis des années, que téléphoner au volant multiplie les risques des accidents de la route par trois. Mais les études le prouvent, il suffisait d’appeler, de décrocher ou encore d’envoyer un SMS pour que ce risque soit multiplié par vingt.

L’usage du téléphone cellulaire au volant, au même titre que d’autres technologies, diminue sensiblement la vigilance chez les conducteurs qui, souvent, lors de leur verbalisation, s’octroient le statut d’avocat pour rejeter l’amende ajoutée au retrait du permis de conduire. “On m’a appelé de l’hôpital”, “c’est la maman qui s’inquiétait pour mon retard”, “j’ai juste appelé pour voir s’il ne manquait rien à la maison” ou encore “j’ai pris le téléphone pour voir qui m’a appelé, mais je n’ai pas décroché !”, la grande majorité des automobilistes verbalisés à cause de l’usage du téléphone portable au volant cherche, au moment de l’interpellation, une issue de secours.  Non pas pour éviter de reproduire le même délit, mais pour sauver son permis de conduire. Au diable s’il payait 4000 DA, au prix de mettre en péril la vie des autres. Pourtant, le chiffre est glaçant : plus de 3000 accidents de la route sont annuellement dus à l’usage du téléphone portable en Algérie, selon les statistiques des services de sécurité. Les dégâts collatéraux sont connus et le propos n’est pas de disserter sur les conséquences, mais sur le fait lui-même.
Car quand on voit du côté des retraits du permis à cause de cet usage volontaire et abusif, voire inexpliqué, du téléphone en roulant, on comprend pourquoi les automobilistes sont complètement indifférents aux campagnes de sensibilisation que mènent les pouvoirs publics et la société civile. En ce sens, les services de sécurité enregistrent une moyenne annuelle de près de 60 000 retraits de permis de conduire à cause de ce nouveau fléau qui gangrène les mentalités des automobilistes.
Même si les pouvoirs publics continuent d’attirer l’attention des automobilistes pour éviter l’usage du téléphone pendant la conduite, en rappelant notamment que cette pratique est punie par la loi comme infraction du troisième degré (4000 DA d’amende, une suspension du permis pour une période de trois mois et la prison en cas de circonstances aggravantes), sur le terrain, des conductrices et des conducteurs piétinent la loi, causent des sinistres, provoquent des drames en quittant la route des yeux pour “quelques petites secondes”.
Des études effectuées en Europe notamment ont montré que l’usage du téléphone au volant nuit sur tous les plans. De l’hypovigilance, au manque des perceptions et du retard dans la prise de la bonne décision, le conducteur se sépare de la route, cède sa concentration au téléphone, quitte sa voie et se consacre à une discussion voulue avec son vis-à-vis pendant que la voiture roule. Et la vitesse ne peut que constituer un facteur aggravant et non la cause, car, plus la vitesse augmente, plus le nombre de mètres parcourus par le véhicule augmente également, alors que le conducteur civilement responsable continue à rouler, à parler et à prendre le risque de... tuer. Les accidentologues estiment, à titre illustratif, que l’envoi d’un simple SMS au volant provoque un manque de concentration de l’automobiliste, notamment vis-à-vis de la signalisation routière.
Ces spécialistes ont également démontré que le simple acte de regarder son téléphone pour savoir qui appelle, alors que le véhicule roule à 100 km/h, pourrait provoquer un accident, car pendant ce moment-là, le véhicule parcourt une distance de plus de 100 m. Et si certains recommandent l’usage du kit mains libres pendant la conduite, d’autres spécialistes de la sécurité routière recommandent carrément d’éteindre téléphone au moment de la conduite.
Du reste, d’autres automobilistes passent à un autre cap de l’insécurité routière : l’usage des laptops au moment de la conduite pour consulter et envoyer des e-mails ou encore pour se distraire sur les réseaux sociaux. Ce qui cause, notamment en ville et sur les périphériques, d’énormes embouteillages et, plus souvent, des accidents inévitables.

Par : Farid Belgacem



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER