Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Selon un nouveau bilan d’Amnesty International

Au moins 304 manifestants tués en Iran en novembre

© D. R.

Au moins 304 personnes ont été tuées en Iran dans la répression de la contestation ayant touché le pays entre le 15 et le 18 novembre selon un nouveau bilan publié hier par Amnesty International. “Les autorités iraniennes poursuivent leur répression féroce après les manifestations à l'échelle nationale survenue le 15 novembre, en arrêtant des milliers de contestataires ainsi que des journalistes, des défenseurs des droits humains et des étudiants pour les empêcher de dire ce qu'ils pensent de cette répression impitoyable”, accuse l'ONG de défense des droits humains dans un communiqué. Amnesty indique avoir revu en hausse son dernier bilan des troubles publié le 2 décembre (au moins 208 morts) à “au moins 304 personnes (...) tuées” par “le recours à la force meurtrière” dans la répression de la contestation, dont au moins deux adolescents, âgés de 15 et 17 ans. L'ONG dit avoir recueilli “les témoignages éprouvants de témoins laissant penser que les autorités iraniennes, presque immédiatement après avoir massacré des centaines de personnes (...) ont mis en œuvre une répression à grande échelle conçue pour inspirer à tous la peur de parler ouvertement de ce qui s'est passé”. La contestation avait éclaté le 15 novembre dès l'annonce d'une forte hausse du prix de l'essence, en pleine crise économique, et avait touché une centaine de villes. Les autorités ont dit avoir ramené l'ordre en quelques jours. 

Ceci au prix d'une “horrible tuerie”, avait dénoncé Amnesty début décembre. Jusqu'à présent, les autorités n'ont confirmé que cinq décès: quatre membres des forces de l'ordre tués par des “émeutiers” et un civil. Amnesty dit avoir des informations de plusieurs sources indépendantes selon lesquelles, un mois après le déclenchement du mécontentement populaire, “les forces de sécurité continuent de mener des rafles à travers le pays pour arrêter des personnes à leur domicile ou sur leur lieu de travail”. 
 

R. I./Agences



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER