Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Affaire de l’assassinat du journaliste saoudien jamal Khashoggi

La presse turque dévoile de nouveaux enregistrements

Jamal Khashoggi, le journaliste assassiné au consulat d'Arabie Saoudite à Istanbul. © D. R.

Les nouveaux enregistrements révélés par la presse turque remettent sur le tapis l’implication de Riyad dans l’assassinat de Jamal Khashoggi, dont le corps reste introuvable à ce jour.

Des enregistrements audio obtenus par l'Organisation nationale du renseignement de Turquie, et publiés par le journal turc Daily Sabah, révèlent de nouveaux éléments sur les conditions atroces dans lesquelles s’est déroulé l’assassinat du journaliste saoudien Khashoggi. Ces enregistrements comprennent notamment plusieurs échanges entre les assassins de M. Khashoggi avant l'arrivée de celui-ci au consulat.

“Est-il possible de placer le corps dans un sac ?”, s’interroge Maher Abdulaziz Mutreb, membre des services de sécurité du Royaume. “Non, trop lourd. Et trop grand aussi”, répondit alors le médecin Salah Mohammed Al-Tubaigy, responsable des preuves médico-légales au Département de la sécurité générale saoudien. “En fait, j’ai toujours travaillé sur des cadavres. Je sais comment les démembrer rapidement.

Bien que je ne n’aie jamais travaillé sur un corps encore chaud, je pense que je devrais pouvoir le faire facilement. Normalement, je mets mes écouteurs et j’écoute de la musique pendant que je découpe un cadavre. Après le démembrement, vous mettrez les morceaux dans des sacs en plastique et vous les sortirez (de l’immeuble)”, a ajouté le médecin à son acolyte. 

Après l'arrivée de M. Khashoggi, venu au consulat pour régler des formalités de mariage, on entend Maher Mutreb déclarer au journaliste qu'il doit être ramené à Riyad sur ordre d'Interpol, selon les transcriptions. Ce à quoi, d’après le média, le journaliste répond qu’il n’est visé par aucune poursuite judiciaire et que sa fiancée l’attend à l’extérieur. 

Les assassins ont ensuite tenté de forcer M. Khashoggi à envoyer à son fils un message lui demandant de ne pas s'inquiéter s'il n'avait pas de nouvelles de son père, ce que le journaliste a refusé de faire. “Comment une telle chose peut-elle se dérouler dans un consulat ?”, s’interroge Khashoggi. “Aidez-nous pour que nous puissions vous aider. Parce que quoi qu'il arrive, nous vous ramènerons en Arabie Saoudite. 

Et si vous ne nous aidez pas, vous savez comment ça se finira”, répond Maher Mutreb un peu plus tard dans les enregistrements. M. Khashoggi, qui travaillait pour le Washington Post, semble ensuite avoir perdu conscience après avoir été drogué. Avant de rendre son dernier souffle, on entend Kashoggi demander à ses assassins s’ils allaient l’endormir avec une serviette qu’il a remarquée dans le bureau.

“Nous allons vous endormir”, a dit Mutreb. “J’ai de l’asthme. Ne le faites pas, vous allez m’étouffer”, dit Khashoggi. Ses assassins, détaille le quotidien turc, avaient déjà mis un sac en plastique sur la tête de leur victime. À 13h39, on entend dans les enregistrements le son d’une scie découpant le corps du journaliste. 

On ignore à ce jour où se trouve le corps du journaliste. Nié initialement par l’Arabie Saoudite, l’assassinat de Khashoggi a été ensuite reconnu mais sans toutefois admettre l’implication de la famille royale, en particulier le prince héritier Mohamed Ben Salmane. Résident américain, chroniqueur au Washington Post, Khashoggi était un observateur critique du pouvoir saoudien, en particulier du prince héritier, Mohammed ben Salmane.

 

Karim Benamar 

 

 

 


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER