Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Affrontements avec la police à Paris, casse et pillages

L’acte 18 des Gilets jaunes dégénère

Hier, à Paris, lors des manifestations des Gilets jaunes. © D.R.

L’acte dix-huit des Gilets jaunes intervient au lendemain de la fin
du “Grand débat national” mené par le président Emmanuel Macron.

Le dix-huitième samedi de manifestation du mouvement des Gilets jaunes a été marqué par de violents affrontements, de la casse et des pillages à Paris. Des scènes de violences entre des casseurs et la police, des saccages de magasins de luxe sur l’avenue des Champs-Élysées ont marqué la manifestation d’hier dans la capitale française, où plusieurs personnes ont été blessées, alors
que la police a interpellé plus d’une centaine d’individus au cours de la journée, ont indiqué plusieurs sources.
Selon l'AFP qui cite des pompiers, 11 personnes ont été légèrement blessées dans l'incendie d'un immeuble à Paris, avenue Franklin-Roosevelt. “Deux personnes — une femme et son bébé — qui ont été sauvées des flammes, étaient coincées au deuxième étage”, ont-ils rapporté, soulignant que le feu est parti d'une banque, au rez-de-chaussée. Le Premier ministre Christophe Castaner a affirmé que plus de 1 500 manifestants “ultraviolents” ont infiltré les rangs des 7 à 8 000 manifestants qui se sont rassemblés tôt le matin à la Place de l’Étoile, sur la célèbre avenue des Champs-Élysées. À la mi-journée, le nombre de Gilets jaunes était très important, mais impossible d’avoir une estimation, dans cette ambiance de chaos. Tout en dénonçant ces “groupuscules hyperviolents venus piller, casser et harceler les forces de l’ordre”, M. Castaner a demandé au service d’ordre d’agir avec fermeté contre ces casseurs. “Aucun doute n’est permis : ils appellent à la violence et sont là pour semer le chaos à Paris. Des professionnels de la casse et du désordre équipés et masqués ont infiltré les cortèges.
Ma consigne à la police : répondre avec la plus grande fermeté à
ces attaques inadmissibles», a-t-il appelé dans un tweet en milieu d’après-midi.
Dans un tweet, la gendarmerie a appelé les manifestants à se dissocier des casseurs. “À Paris, des individus radicaux, violents, équipés et masqués tentent de déclencher des incidents en marge des cortèges. Gilets jaunes, dissociez-vous des casseurs !”, a lancé la gendarmerie sur son compte twitter. Plusieurs magasins, dont les boutiques Hugo Boss, Lacoste et Nespresso ont été pillés par des manifestants. La célèbre brasserie Le Fouquet's, inscrite à l'inventaire des monuments historiques et fréquentée par de nombreuses personnalités, a également été vandalisée par des manifestants, selon la presse française.
De nombreux véhicules ont été brûlés par des manifestants, selon la police. Adressant un “ultimatum” au gouvernement, ils ont invité leurs sympathisants à converger vers Paris. “On attend les Toulousains avec impatience, les Bordelais, les Marseillais, les Rouennais...”, a lancé Eric Drouet, un chauffeur routier de la région parisienne, évoquant même le renfort de sympathisants venus d'Italie, de Belgique, des Pays-Bas, de Pologne. Maxime Nicolle, autre tête connue des Gilets jaunes, a promis une journée "mémorable", "un week-end parmi les plus importants depuis le début de cette mobilisation”, a rapporté l’AFP. Avec ce qui s’est passé hier, la réponse des autorités risquent d’être radicale, en interdisant toute manifestation pouvant provoquer le chaos à Paris.


Lyès Menacer


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER