Scroll To Top
FLASH
  • Un observateur du candidat Abdelmadjid Tebboune est mort dans un bureau de vote à El Bayadh (source direction de campagne).
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Guerre au Yémen

L’aviation saoudienne fait une centaine de victimes

L’aviation saoudienne et ses alliés au sein de la coalition s’en prennent à des cibles civiles. © D. R.

Dans sa vaine entreprise de communication sur ce nouveau massacre, l’Arabie Saoudite a affirmé avoir ciblé une “position militaire où sont stockés des drones et des missiles”, alors qu’il s’agit d’une prison où les houthis détiennent des soldats et miliciens rivaux. 

Riyad s’est rendu, une nouvelle fois, coupable d’un énième massacre au Yémen, où des frappes de l’aviation saoudienne ont fait plus de 100 victimes dans une prison, où les houthis détiennent des soldats et miliciens rivaux, au sud de la capitale Sanaa, selon le dernier bilan fourni par le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

“Nous estimons que plus de 100 personnes ont été tuées” dans cette frappe, a déclaré Franz Rauchenstein, à la tête du CICR au Yémen, qui s'est rendu sur place. Le bilan risque de s’alourdir dans les heures à venir. Sur twitter, le CICR au Yémen a indiqué transporter 200 sacs mortuaires vers le lieu du bombardement.

Déjà, au moins 40 blessés ont été hospitalisés dans plusieurs hôpitaux de Dhamar, a-t-il précisé. “À l'heure à laquelle nous parlons, les équipes (du CIRC) sont en train de travailler sans relâche pour trouver des survivants sous les décombres”, dont les chances de survie sont “très faibles”, a-t-il ajouté.

Au milieu de la matinée, les houthis avaient évoqué un bilan provisoire de 40 morts, alors que les recherches des victimes sous les décombres se poursuivaient encore dans cette prison où sont détenus plus de 130 personnes. “L’aviation ennemie a pris pour cible à l’instant l’une de prisons spéciales dans le gouvernorat de Dhamar”, dans l’ouest du pays, avait affirmé quelques minutes après ces frappes meurtrières le président des Affaires des prisonniers, Abdelakder al-Mortadha sur twitter.

Le chef de l’institution onusienne a expliqué qu’il s’agissait d’une prison, “un lieu de détention” dans lequel le CICR s’était déjà rendu à plusieurs reprises, balayant d’un revers de la main l’opération de communication de Riyad qui s’était précipité de communiquer sur ces frappes, en affirmant avoir mené des raids contre une position militaire houthie.

Les raids aériens ont ciblé une “position militaire où sont stockés des drones et des missiles” dans la ville de Dhamar, dans l'ouest du pays, avait précisé la coalition dans un communiqué relayé par la chaîne de télévision saoudienne Al-Ekhbariya.

Ce n’est pas la première fois que l’aviation saoudienne ou ses alliés au sein de la coalition au Yémen s’en prennent à des cibles civiles, prétextant chaque fois avoir visé des positions houthies, ou niant carrément avoir mené la moindre frape. Dans la foulée, Riyad promettait des enquêtes qui n’ont jamais connu de suite.

Mais chaque fois, les organismes onusiens ou les ONG indépendantes apportent la preuve de l’implication directe de l’Arabie Saoudite dans ces massacres qui ont fait des dizaines de victimes civiles à Sanaa, sous contrôle houthi, ou dans d’autres régions du pays, dévasté par l’ingérence saoudienne depuis mars 2015.
 

Lyès Menacer

 



Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER