Scroll To Top
FLASH
  • Pour toute information (ou demande) concernant la version papier de "Liberté" écrire à : info@liberte-algerie.com

A la une / International

Le Parlement vote la confiance demain au nouvel exécutif

Les manifestants réaffirment leur rejet du gouvernement en Irak

Les manifestants ont tenu à réitérer encore une fois leur rejet du gouvernement Allawi. © D.R.

Plusieurs associations, activistes et députés ont appelé hier à intensifier les manifestations, à la veille du vote de confiance du Parlement au gouvernement Mohammed Allawi. 

Les manifestants antigouvernementaux ont renoué hier avec la contestation de masse en Irak, à la veille d’un vote de confiance du Parlement au nouveau gouvernement Allawi. À Bagdad, quelques milliers de protestataires ont organisé de grands rassemblements autour de la place Tahrir, épicentre de la contestation depuis le 1er octobre 2019. 
Les manifestants ont tenu à marquer cette journée pour réitérer encore une fois leur rejet du gouvernement Allawi, qui attend aujourd’hui l’accord du Parlement irakien, sur fond de divisions entre les différents groupes parlementaires. Dans le sud du pays, les étudiants ont également manifesté en masse, à Bassora notamment, où les routes ont été coupées à la circulation dès les premières heures de la matinée, ont rapporté les médias locaux. Fer de lance de la protestation, les étudiants ont en outre appelé à de grandes manifestations aujourd’hui dans tout le pays pour dissuader le Parlement de Bagdad à accorder sa confiance au cabinet Allawi. Pour les manifestants, ce gouvernement n’est, in fine, qu’une pâle copie du vieux système, décrié et rejeté depuis le début de la révolution populaire, en octobre 2019. Le Premier ministre désigné a été d’ailleurs une nouvelle fois pris pour cible par les protestataires qui voient en lui une figure qui ne peut pas incarner le changement, puisqu’il est lui-même issu de l’ancien sérail irakien fondé sur le communautarisme et le confessionalisme. Plusieurs associations de la société civile, des députés et des activistes influents de la contestation ont appelé par ailleurs à resserrer les rangs et à maintenir la mobilisation pour faire échouer le nouveau gouvernement et relancer les revendications de la révolution, dont les plus importantes demeurent le départ de toute la classe dirigeante, la rupture avec la cooptation en fonction des appartenances communautaires et confessionnelles, ainsi que l’organisation d’élections anticipées. Le Pacte national irakien a appelé dans un communiqué l’ensemble des Irakiens à se mobiliser en masse contre le vote de confiance du Parlement, demain, pour le gouvernement Allawi. La Commission d’organisation des manifestations s’est jointe également à cet appel en rejetant dans le fond et dans la forme les tentatives du Premier ministre de récupérer certaines figures populaires, artistiques et sportives irakiennes dans son gouvernement afin de gagner une certaine confiance auprès des manifestants. “Une tentative sournoise mais qui ne pourra pas tromper la révolution”, écrivent les rédacteurs du communiqué. Le vote de confiance au nouveau gouvernement de Mohamed Allawi, initialement prévu lundi, a été reporté à demain jeudi. 
Les négociations au niveau politique sont toujours tendues, laissant apparaître au grand jour les divisions déjà latentes. Depuis le 1er octobre, l’Irak est en proie à une révolte inédite émaillée par plus de 600 morts et 30 000 blessés, surtout des manifestants. 
 

K. Benamar


Publier votre réaction

Nos articles sont ouverts aux commentaires. Chaque abonné peut y participer dans tous nos contenus et dans l'espace réservé. Nous précisons à nos lecteurs que nous modérons les commentaires pour éviter certains abus et dérives et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à notre charte d'utilisation.

RÉAGIR AVEC MON COMPTE

Identifiant
Mot de passe
Mot de passe oublié ? VALIDER